1. Prévention - Mutuelle Intériale
  2. Tous les Articles
  3. Rougeole : Symptômes, traitement, prévention, vaccination

Rougeole : Symptômes, traitement, prévention, vaccination

Rougeole : Symptômes, traitement, prévention, vaccination

Depuis plusieurs années, la rougeole revient de plus en plus sur le territoire Français. Cette maladie virale est  virale très contagieuse, et peut, dans les cas les plus virulents, avoir de graves conséquences neurologiques ou respiratoires et même conduire au décès. Il existe pourtant des moyens simples de s’en prémunir.

La rougeole en quelques chiffres

Entre novembre 2017 et juillet 2018, 2567 cas de rougeole ont été recensés en France dont 3 cas mortels. Ce sont principalement les jeunes enfants de moins de 1 an les plus touchés par la rougeole, mais les décès concernent toutes les populations. La rougeole entraîne une hospitalisation dans près de 20% des cas.

Les experts de l’OMS et de Santé Publique France estiment qu’un patient atteint de la rougeole peut contaminer jusqu’à 18 personnes supplémentaires (si elles ne sont pas immunisées), qui à leur tour peuvent transmettre la maladie. Il s’agit ainsi de l’une des maladies les plus contagieuses.

Les symptômes de la rougeole

Il peut se passer une dizaine de jours entre l’infection (lorsque le virus entre dans l’organisme) et l’apparition des premiers symptômes. Les 5 derniers jours avant l’apparition des symptômes et les 5 jours qui suivent, constituent la période où le patient est le plus contagieux.

Une forte éruption cutanée est caractéristique de la rougeole (apparition de plaques rouges et de taches rouges sur le corps). L’apparition de ces rougeurs est souvent précédée par des symptômes similaires à un rhume et une poussée de fièvre.

La rougeole peut se manifester également par :

  • Une toux sèche
  • Une conjonctivite
  • Une diarrhée
  • Une otite
  • Une forte fatigue

Complications de la rougeole

La rougeole se guérit plutôt bien, cependant dans 30% des cas cette maladie peut causer : une pneumonie, des atteintes oculaires graves pouvant entraîner une perte de la vue, des dommages au niveau du foie ou des reins. Dans certains cas graves (1 cas sur 1000) une encéphalite peut se développer suite à une rougeole. L’encéphalite est caractérisée par des maux de tête importants, des troubles de la conscience et peut générer des séquelles au niveau neurologique (troubles mentaux, épilepsie, paralysie) et même provoquer un décès

La rougeole peut également se révéler être une maladie très grave pour les femmes enceintes et son bébé :

  • Risque de fausse couche très important
  • Risque d’atteintes respiratoires graves chez la mère
  • Risque de malformations fœtales
  • Risque de rougeole néonatale chez le nouveau-né lorsque la maladie s’est développée en fin de grossesse (atteinte du nouveau-né par la Rougeole à sa naissance)

Diagnostic de la rougeole

Le diagnostic repose sur l’observation des symptômes caractéristiques précédemment décrits. Un test biologique à l’aide d’une prise de sang ou d’un prélèvement de salive peut être réalisé pour confirmer le diagnostic.

Lorsqu’une rougeole est diagnostiquée, celle-ci doit être déclarée par votre médecin aux autorités sanitaires.

Comment se transmet la rougeole ?

La rougeole se transmet principalement par voies aériennes via les gouttelettes de salive ou les sécrétions nasales. La contamination peut se faire lors des éternuements, des contacts rapprochés avec un malade, ou encore via des objets contaminés par la salive ou les sécrétions nasales  (jouets, couverts…).
Une personne non immunisée au contact d’un malade atteint par la rougeole a de très forts risques d’être contaminée.

Le port d’un masque respiratoire lorsque l’on est malade et lorsque l’on est au contact d’un malade est utile pour limiter les risques de contamination.

Traitement de la rougeole

Dans les cas sans complication, la rougeole étant une maladie virale, la prise en charge consiste principalement à traiter et limiter la fièvre, via des médicaments contenant du paracétamol ou de l’ibuprofène.

Dans les cas avec complications, les traitements doivent être adaptés et peuvent consister selon les cas, en une prise d’antibiotiques ou à l’application de gouttes pour les yeux ou encore de lavement pour le nez.

Les patients fragiles (jeunes enfants, personnes immunodéprimées (= personnes sont le système immunitaire est très affaibli), femmes enceintes, personnes âgées) et les cas les plus graves peuvent nécessiter une hospitalisation.

Prévention de la rougeole

Afin de limiter la propagation du virus de la rougeole, des gestes simples de prévention existent :

  • En cas de contact avec un malade :
    • Vérifiez si vous êtes vacciné et faîtes vérifier par l’entourage du malade s’ils sont vaccinés
    • Lavez-vous les mains soigneusement à l’eau chaude et au savon après chaque contact avec le malade
    • Apprenez au malade à se laver régulièrement les mains, surtout s’il s’agit d’un enfant.
    • Portez un masque afin de vous protéger
    • Évitez les contacts directs (type embrassades)
    • Stockez séparément les affaires du malade des vôtres (brosses à dent, serviettes de tables…). De même, évitez de partager les couverts ou même la nourriture du malade
    • Nettoyez les objets utilisés par le malade (jouets, clavier d’ordinateur, téléphone…)
  • Si le malade est un enfant/adolescent
    • Retirez-le de l’établissement scolaire qu’il fréquente (crèche, école, collège, lycée…), au moins durant la période de contagion (demandez l’avis de votre médecin)
    • Faites lui porter un masque pour limiter les risques de contagion
  • Si vous êtes malade :
    • Prévenez les personnes de votre entourage de votre maladie afin qu’elles vérifient si elles sont vaccinées contre le virus de la rougeole
    • Portez un masque afin de limiter les risques de contagion

 

Vaccin contre le virus de la rougeole

Le vaccin contre le virus de la rougeole constitue le meilleur moyen de prévention, il permet à l’organisme de développer les mécanismes nécessaires à lutter contre le virus et empêcher ainsi son installation dans le corps.

La vaccination contre le virus de la rougeole est obligatoire pour les nourrissons nés après le 1er janvier 2018. Elle est fortement recommandée pour les enfants nés avant cette date.

La vaccination se fait en 2 injections : une première injection à 12 mois, et une seconde injection entre 16 et 18 mois (ou entre 12 et 15 mois s’il est gardé en collectivité).

Si votre enfant ou vous-même n’avez pas été vacciné, ou si vos vaccins ou celui de votre enfant ne sont plus à jour, consultez votre médecin traitant pour prévoir une vaccination de rattrapage.

Le vaccin contre la rougeole est associé à celui des oreillons et de la rubéole (vaccin ROR). Il est remboursé à 100% pour les enfants de un à dix-huit ans. Il doit être prescrit par un médecin.

Certaines situations constituent des contre-indications à la vaccination par le ROR :

  • Grossesse
  • Allergie connue aux constituants du vaccin
  • Déficit immunitaire

La vaccination, au-delà de vous protéger à titre personnel, permet de protéger également les personnes ne pouvant pas être vaccinées (immunodéprimées entre autre : dont le système immunitaire ne permet pas la vaccination), en vous vaccinant, vous protégez vos proches. En effet, il est estimé qu’à partir d’une certaine couverture vaccinale (95% de la population vaccinée), le virus ne peut plus se propager. Actuellement, le taux de personnes vaccinées se situe entre 62% et 88% selon les départements.

Retrouvez notre article sur les vaccins.

Sources : OMS, Santé Publique France, Ameli.fr, ministère de la santé

Retour
Nous contacter
Nous suivre