1. Prévention - Mutuelle Intériale
  2. Tous les Articles
  3. Les meilleures astuces pour lutter contre les moustiques

Les meilleures astuces pour lutter contre les moustiques

Les meilleures astuces pour lutter contre les moustiques

A l’intérieur, ou à l’extérieur, les insectes peuvent vite devenir incommodants. Dans le classement des insectes les plus gênants on retrouve les frelons, les guêpes ou encore les moustiques…
Les solutions pour lutter contre les insectes et ainsi réduire le risque de piqûres sont nombreuses : des astuces de grand-mère aux dernières inventions high-tech en passant par une multitude de produits chimiques. Intériale vous propose de faire un tour d’horizon de quelques techniques pour lutter contre les moustiques et éviter les piqûres !

Comment prévenir l’arrivée des moustiques

Afin d’empêcher la prolifération de cet insecte, il est recommandé de :

  • vider régulièrement les coupelles sous les pots de fleurs et les vases (au moins une fois par semaine) ou les supprimer,
  • vider et retourner les seaux et les récipients divers,
  • recouvrir à l’aide d’un filet moustiquaire ou de tissu les bidons de récupération d’eau,
  • introduire des poissons qui mangeront les larves dans les bassins d’agrément.

L’astuce de grand-mère contre les insectes / moustiques

Parmi les astuces de grand-mère, la plus connue est le piège à insectes (moustiques, guêpes…).

Constitué le plus souvent d’une bouteille en plastique découpée en deux, le goulot retourné. Au fond de la bouteille vous pouvez verser : de la bière brune (plutôt pour les moustiques) ou quelques cuillères de confiture (pour attirer les guêpes). Vous pouvez également réaliser un mélange à base :

  • d’eau tiède (20 cL),
  • de sucre brun (50 g),
  • de levure de bière (20 g).

Dans le cas de la bière ou du dernier mélange, le dégagement gazeux de CO2 va attirer les moustiques et accroître l’efficacité du piège.
Piège à insectes

Lorsque le piège commence à être rempli, plongez-le dans une bassine d’eau pendant au moins 24h, cela permettra de noyer les derniers insectes vivants.
Jetez le piège, et installez-en un autre si besoin.

Contre les frelons asiatiques, cette technique fonctionne également; vous devez juste remplacer le mélange par :

  • Du sirop de grenadine ( 5 cL)
  • De la bière brune (10 cL)
  • Du vin blanc (5cL)

En cas de présence de frelons asiatiques dans votre piège, vous vous trouvez surement proche d’un nid. Ne tentez en aucun cas de le trouver ou encore de le détruire. Contactez votre mairie afin d’avoir les coordonnées de professionnels spécialisés dans ce type d’intervention (le coût de l’intervention est à votre charge).

Quelques solutions naturelles pour lutter contre les moustiques :

Qu’ils soient Tigres (Aedes), Anophèles, ou encore Culex, les moustiques peuvent vite devenir envahissants et gênants que ce soit à la maison ou en extérieur.

Les huiles essentielles

sont utilisées comme alternative aux produits chimiques contre les insectes. Ce remède ne fonctionne que très peu, ou que de façon limitée. Elles peuvent être utilisées sous forme de spray (mélangées à une huile végétale ou diluées dans de l’eau) ou diffusées l’aide de diffuseurs.

La citronnelle, le géranium, la lavande ou encore l’eucalyptus auraient des vertus répulsives contre les moustiques.
Attention à ne pas appliquer d’huiles essentielles pures sur la peau. Egalement, les huiles essentielles ne conviennent pas aux femmes enceintes et aux enfants de moins de 3 ans.

Les bougies à la citronnelle

Elles ont un effet répulsif sur les insectes mais seulement dans un très faible rayon (quelques dizaines de centimètres). L’efficacité des bougies à la citronnelle est donc très limitée en matière de lutte contre les moustiques.
En intérieur, leur usage est à limiter : elles peuvent dégager des molécules toxiques.

La moustiquaire

Elle reste l’une des solutions les plus efficaces contre les moustiques. Elle empêche les moustiques de vous piquer. C’est l’une des solutions idéale pour les nouveaux nés, qui sont encore trop sensibles pour la plupart des répulsifs. Pour les plus grands, traitée avec un anti moustique spécial tissu, la moustiquaire s’avère un redoutable barrage face aux insectes.

Les solutions anti moustiques « high Tech »

Ces dernières tendances cherchent à être des alternatives aux anti-moustiques chimiques classiques, mais ne sont pas forcément efficaces.

Les bracelets anti-moustiques

Ces bracelets sont très tendances, ils diffusent souvent de la citronnelle ou de d’autres huiles essentielles aux vertus répulsives, cependant leur efficacité est très limitée. Ils ne protègent pas ou que très peu des piqûres de moustique.

L’anti moustiques à ultrasons

Certains produits promettent de faire fuir les moustiques à l’aide d’ultrasons, l’efficacité de cette méthode n’est pas prouvée.

La lampe anti moustiques

La plupart sont des lampes à UV, équipées d’une résistance. Leur but : Tuer les moustiques attirés par la lumière émise par la lampe UV et qui viennent se poser sur la résistance.
En réalité les moustiques ne sont que très peu attirés par la lumière : résultat peu de moustiques tués et beaucoup d’autres insectes volants (papillons nocturnes…) eux sont piégés.

Certaines lampes/pièges diffusent du CO2, permettant d’augmenter l’efficacité de ces dispositifs.

Les solutions anti-moustiques « moins naturelles »

Les bombes classiques à insecticides

Bien que très efficace contre les insectes, l’usage de ces bombes est à limiter : la plupart diffusent énormément de gaz et de substances toxiques.

Les bombes à base de pyrèthre, ou pyréthrinoïdes de synthèses sont un peu plus respectueuses de l’environnement lorsqu’elles ne sont pas remplies de gaz à effet de serre ou inflammables pour propulser la substance active, tels que le CO2, le propane ou encore butane (attention à l’utilisation de ces insecticides à proximité d’une source de chaleur/flamme : chaudière, plaques de cuisson à gaz, bougie…). Le pyrèthre et les pyréthrinoïdes restent dangereux pour l’environnement notamment pour les espèces aquatiques.

Les spirales à brûler

Leur efficacité est bonne dans un périmètre de quelques mètres autour des spirales. Attention, ces spirales sont à utiliser uniquement en extérieur. En effet les produits de combustion et les insecticides/répulsifs contenus dans les spirales peuvent être dangereux pour la santé s’ils sont utilisés en intérieur.

Les prises « anti-moustiques »

Ces prises s’avèrent très efficaces contre les moustiques, mais les substances diffusées sont également nocives si elles sont utilisées en continu.

Les insecticides/répulsifs chimiques à appliquer

Ces insecticides s’appliquent directement sur la peau, ils sont à base de molécules chimiques telles que le DEET, IR3535, Icaridine… La plupart sont efficaces, prenez conseil auprès de votre médecin ou pharmacien avant toute utilisation. Ils vous aideront à choisir certains produits selon la zone géographique où vous utiliserez le produit. Il existe des solutions permettant d’imbiber les vêtements d’anti- moustiques et résistantes à plusieurs lavages, assurant une protection supplémentaire contre les moustiques.

Ces produits ne sont pas naturels et utilisés sur le long terme peuvent être dangereux pour l’environnement et la santé. Des précautions doivent être prises chez les enfants et les femmes enceintes, demandez conseils auprès de votre pharmacien. Ils sont cependant l’un des moyen les plus efficaces contre les moustiques, permettant de réduire le risque de rentrer de vacances avec une maladie tropicale (par exemple le Chikungunya), ou encore couvert de piqures de moustiques…

Ces produits sont à réappliquer régulièrement.
Crème solaire et anti-moustique

L’association anti moustique et crème solaire peut réduire la protection solaire, il est alors important d’appliquer la crème solaire une vingtaine de minute avant d’appliquer le répulsif.

Le moustique, vecteur de maladies

On le sait, les moustiques peuvent véhiculer des maladies comme la dengue ou le chikungunya. Le « moustique tigre », de son vrai nom moustique Aedes albopictus, transmet aussi le virus Zika. Les symptômes de ce virus (fièvre, maux de tête, éruptions cutanées et œdèmes des extrémités, conjonctivite…) apparaissent après une période de 3 à 12 jours après avoir été piqué.

Les autorités sanitaires,qui ont pris la mesure du risque, invitent chacun signaler en ligne la présence d’un moustique tigre (ce moustique est reconnaissable notamment à ses rayures noires et blanches sur le corps et sur les pattes) :

Source :signalement-moustique.fr

Cette illustration de l’INPES explique comment ces virus peuvent se propager et comment se protéger lorsqu’on voyage.
prevention epidemie dengue chikungunya

Retour
Nous contacter
Nous suivre