1. Prévention - Mutuelle Intériale
  2. Tous les Articles
  3. Les dangers des régimes

Les dangers des régimes

Les dangers des régimes
Commencer un régime alimentaire n’est pas anodin car la modification des habitudes nutritionnelles perturbe l’organisme et, selon votre état de santé, le régime peut même être proscrit ! En référence à un rapport publié par l’Anses*, nous vous proposons de faire le point sur 15 régimes amaigrissants populaires et d’identifier leurs impacts sur notre santé.

Les personnes en surcharge pondérale (surpoids ou obésité) ont besoin d’être suivies par un professionnel de santé car l’excès de poids peut entraîner des troubles pour la santé : apparition d’un pré-diabète, développement de maladies cardiovasculaires, douleurs articulaires… la mise en œuvre d’un régime alimentaire dans ce cas peut être prescrit et fait l’objet d’un suivi médical. Le médecin peut également préconiser la pratique d’une activité physique régulière pour aider à la stabilisation du poids.

Lorsqu’une perte de poids est envisagée pour des raisons de confort (mais non justifiée médicalement), les régimes à la mode s’avèrent dangereux, l’Anses conseille plutôt de se tourner vers une alimentation équilibrée alliée à la pratique d’une activité physique régulière pour réduire les risques de prise de poids.

Quels sont les dangers des régimes ?

La plupart des régimes visent la suppression d’une ou plusieurs familles d’aliments (féculents, fruits, légumes, matières grasses…) dont les conséquences sont :

Des déséquilibres nutritionnels

Selon les régimes, le nombre de calories apportées par jour est compris entre 570 et 2 600 kcal. Or, une femme a besoin de 2 000 kcal par jour et un homme de 2 400 kcal par jour pour être en forme.

Des apports insuffisants ou excédentaires

Selon les régimes, les apports en protéines, fibres, glucides (sucres), lipides (matières grasses), vitamines ou minéraux sont insuffisants ou excédentaires. Les conséquences peuvent être plus ou moins graves pour la santé physique (carences, fonte musculaire…) et mentale (déprime voire dépression).

Une diminution du capital osseux

En particulier pour les régimes visant une réduction de la consommation de matières grasses ou de produits laitiers. La diminution de la consommation de calcium fragilise la solidité des os et des dents. Ils peuvent se fracturer plus facilement. Et ceci est d’autant plus vrai chez les femmes de plus de 50 ans et les femmes ménopausées.

Une augmentation du risque de maladies cardiovasculaires

Les régimes incitant à la consommation de glucides ou de lipides en trop faible ou en trop grande quantité peuvent entraîner de l’athérosclérose (dépôt de plaques de cholestérol dans les artères), un infarctus du myocarde ou accident vasculaire cérébral (AVC).

Une constipation

Pour tous les régimes pauvres en fibres.

Une baisse de moral

Passée l’euphorie des premiers jours et des premiers kilos perdus, le moral se retrouve souvent en berne à moyen et long terme car les kilos sont de plus en plus difficiles à perdre.

Un effet yoyo

Une fois le régime arrêté, le retour à une alimentation habituelle entraîne dans la grande majorité des cas une prise de poids, parfois même plus importante que le poids perdu.

Les impacts des régimes les plus populaires sur notre santé

Les différents dangers des régimes ont été mis en évidence dans le rapport de l’Anses qui a étudié 15 régimes amaigrissants populaires :

Les recommandations en matière d’activité physique

Activité physique

En complément d’un régime amaigrissant et pour vous aider à stabiliser votre poids, la pratique d’une activité physique régulière est fortement recommandée.

  • Pratiquer 30 minutes de marche rapide par jour soit environ 10 000 pas (en une fois, en 2 fois 15 minutes ou en 3 fois 10 minutes).
  • 2h30 d’activité physique modérée ou 1h15 d’activité physique soutenue par semaine.

* Anses : Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail

Sources : Rapport de l’Anses sur les risques liés aux pratiques alimentaires d’amaigrissementOrganisation mondiale de la Santé Manger Bouger, Programme National Nutrition Santé

Retour
Nous contacter
Nous suivre