1. Prévention - Mutuelle Intériale
  2. Tous les Articles
  3. Que faire en cas de morsure de serpent ?

Que faire en cas de morsure de serpent ?

Que faire en cas de morsure de serpent ?
« Pour qui sont ces serpents qui sifflent sur vos têtes ? » (Racine : Andromaque, acte V, scène 5)
Si ces serpents sont pour vous, ils peuvent vous mordre. Cette morsure peut avoir des conséquences graves si vous ne réagissez pas suffisamment vite.

En France, les serpents les plus fréquemment rencontrés sont les vipères, on trouve également des couleuvres mais elles ne possèdent pas de venin. Leur morsure bien que douloureuse présente un danger moins important que celle des vipères.
Les couleuvres sont reconnaissables à leur tête ronde, des pupilles rondes au niveau des yeux, et de petites dents. Tandis que les vipères ont une tête triangulaire, des pupilles fendues verticalement, et un museau retroussé et des crochets venimeux.

Les vipères

La fédération Française de randonnée estime qu’il y a environ 1 000 morsures de vipères chaque année. La morsure d’une vipère peut être grave et doit nécessiter une prise en charge médicale rapide.

Il existe 2 types de vipères :

  • Les vipères péliades (Vipera berus), plus fréquemment retrouvées au nord de la Loire.
  • Les vipères Aspics (Vipera aspis), plus fréquemment retrouvées au sud de la Loire.

Les vipères se trouvent souvent dans des zones sèches, ensoleillées, de type hautes herbes et rocailles, mais elles fréquentent aussi les milieux humides car elles savent nager.
Habituellement, leur morsure sert à immobiliser leurs proies grâce au venin qu’elles injectent. Elles mordent lorsqu’elles se sentent en danger ou agressées.

Les différents niveaux de gravité de morsures de vipère

Toutes les morsures de vipères n’ont pas le même niveau de gravité : elles ne sont pas toutes synonymes d’injection de venin.
Une morsure de vipère est caractérisée par les traces d’un ou deux crochets de la vipère (« dents »), situées à l’extrémité d’un membre, cheville ou poignet.

ou «  morsure blanche » : absence d’œdème (rougeur, gonflement), peu de douleur, pas de réaction particulière : Il n’y a certainement pas eu d’injection de venin.
→ Nécessite une surveillance accrue aux alentours de la plaie.

Œdème local autour de la mesure ou absence de symptômes généraux (chute de la tension, malaise, nausées…). Il y a certainement eu une injection de venin, mais celle-ci est minimale.
→ Nécessite une surveillance accrue voire hospitalisation, durant 24h (en observation).

Œdème important (étendu sur l’ensemble du membre touché),  symptômes généraux modérés (chute de tension passagère, nausée, vomissement, diarrhée). Il y a certainement eu une injection de venin assez importante.
Nécessite une hospitalisation pendant plusieurs jours, avec traitement anti-venin.

 Œdème étendu sur l’ensemble du corps et/ou symptômes généraux sévères (chute de tension importante durable, sueurs, saignements, vomissements, diarrhée…).
Nécessite une hospitalisation en urgence, pendant plusieurs jours, avec traitement anti-venin.

Dans tous les cas de morsures, composez le 112 ou le 15 afin d’assurer une prise en charge au plus vite. Expliquez-leur les symptômes.
Si possible, tentez d’identifier le serpent ou à défaut, de vous souvenir d’un maximum de caractéristiques de celui-ci (couleur, tâches, forme de la tête…)

Que faire en cas de morsure ?

En attendant les secours, vous pouvez

  • Allonger la victime
  • Contacter les secours (15 ou 112)
  • Calmer la victime (car le stress et l’excitation augmentent la vitesse de diffusion du venin),
  • Nettoyer et désinfecter la morsure
  • Poser un bandage pas trop serré : la compression accélère la diffusion du venin
  • Enlever bagues, bracelets, chaussures qui peuvent gêner en cas d’œdème
  • Immobiliser le membre mordu

Vous pouvez soulager la douleur en utilisant du paracétamol (pas d’aspirine qui a tendance à accélérer la diffusion du venin et augmente le risque de saignement.)

  Vous ne devez pas :

  • Inciser la plaie, mettre un garrot, sucer la plaie…,
  • Utiliser un « Aspivenin » ou autres dispositifs similaires dont l’efficacité n’est pas prouvée,
  • Administrer de l’héparine, des corticoïdes ou autre traitement sans avis médical,
  • Utiliser de l’éther ou de l’alcool : ils augmentent la diffusion du venin.

Prévention

Lorsque vous partez en promenade en montagne ou en forêt :

  • Ayez toujours un téléphone avec vous et souvenez-vous des numéros d’urgence des premiers secours : 112 (N° Européen), 15 (SAMU) ou le 18 (pompiers).
  • Portez des chaussures fermées, un pantalon.
  • Lorsque vous campez, ne vous couchez pas à même le sol et vérifiez vos vêtements et vos chaussures avant de les enfiler le matin.
  • Lors d’une promenade, marchez bruyamment (un pas lourd), les serpents sont sensibles aux vibrations et auront tendance à fuir.
  • Ayez une trousse de secours avec du désinfectant et de quoi faire des bandages/pansements légers.
  • Ne tentez en aucun cas d’attraper un serpent.
  • Ne partez jamais seul, partir à 3 est l’idéal : une personne peut rester avec la victime pendant que l’autre peut aller chercher des secours.

Source : fédération française de Randonnée, ameli-santé.

Retour