1. Prévention - Mutuelle Intériale
  2. Tous les Articles
  3. La PrEP, une révolution pour la lutte contre le VIH

La PrEP, une révolution pour la lutte contre le VIH

La PrEP, une révolution pour la lutte contre le VIH

En France, environ 152 000 personnes vivent avec le VIH (virus de l’immunodéficience humaine) dont 25 000 ignorent leur séropositivité[1][2]. Face à ce fléau mondial des travaux de recherche sur le VIH ont permis de trouver de nouveaux traitements antirétroviraux[3] dont la PrEP. Mais de quoi s’agit-il ? Comment cela fonctionne-t-il ? Quelle est son efficacité ?

Qu’est-ce que la PrEP ?

La Prophylaxie pré-exposition (PrEP) est une nouvelle stratégie de prévention du VIH disponible depuis décembre 2015 en France.

La PrEP signifie :

  • « Prophylaxie »= éviter une infection
  • « Pré » = Avant
  • « Exposition »= contact avec le VIH

Ainsi, la PrEP empêche le virus de s’implanter et de se multiplier grâce à la prise d’un ou plusieurs médicaments antirétroviraux pris avant et après un rapport sexuel. Son objectif est de proposer à des personnes séronégatives[4] qui n’ont pas systématiquement des rapports sexuels protégés par le préservatif, un traitement permettant de diminuer le risque d’infection au VIH.

Depuis janvier 2016, en France, environ 7000 personnes ont bénéficié de ce traitement préventif[5].

A qui est-elle destinée ?

La PrEP est indiquée aux personnes de plus de 18 ans qui n’utilisent pas systématiquement le préservatif lors de leurs rapports sexuels et/ou qui sont à haut risque de contracter le VIH.

Comment cela fonctionne ?

La PrEP se caractérise par la prise de médicaments antirétroviraux contenant deux substances : l’emtricitabine et le ténofovir disoproxil fumarate. Ces derniers sont commercialisés principalement sous la marque Truvada® mais existent aussi en version générique.

La PrEP peut être prescrite de deux manières :

  • En prise continue : 1 pilule par jour tous les jours
  • En prise discontinue ou à la demande : pilules prises avant et après une période d’activité sexuelle

La PrEP s’accompagne automatiquement d’un suivi médical renforcé et individualisé incluant des dépistages réguliers pour les autres Infections sexuellement transmissibles (IST). En effet, La PrEP ne protége pas des autres IST type gonorrhée, condylomes (verrues génitales liées au papillomavirus), chlamydia, hépatites (A, B, C), syphilis, etc. Elle ne prévient pas non plus les grossesses non désirées, la PrEP n’est en aucun cas un moyen de contraception.

Des vaccinations sont également prescrites lors du suivi médical renforcé notamment celles contre les hépatites A et B, le papillomavirus, etc.

Les médicaments qui composent la PrEP sont en général bien tolérés mais peuvent occasionner des effets indésirables tels que nausées, diarrhées et/ou maux de tête. Dans les cas les plus rares, ils peuvent engendrer des problèmes rénaux ou osseux. Ces effets indésirables sont réversibles à l’arrêt du traitement.

Cette stratégie de prévention du VIH fonctionne uniquement si on respecte scrupuleusement les prescriptions du médecin !

La PrEP remplace-t-elle le préservatif ?

EN AUCUN CAS ! La PrEP protège uniquement du VIH. Elle n’est pas un outil de remplacement du préservatif mais un outil complémentaire ! Le préservatif reste le seul outil de prévention qui protège à la fois du VIH et des autres IST.

Face aux limites de la prévention centrée sur la seule utilisation du préservatif, un nouveau concept a émergé depuis quelques années : la prévention combinée (ou diversifiée). Elle associe :

  • l’usage du préservatif pour les personnes séronégatives et séropositives,
  • l’accès au dépistage, répété si besoin, pour les personnes séronégatives,
  • l’accès au traitement antirétroviral (type PrEP, TPE, TasP)

Quelle est la différence avec les autres traitements antirétroviraux (TPE, TasP) ?

Attention, il ne faut pas confondre la PrEP avec le TPE et le TASP qui sont bien différents :

  • TPE (Traitement post exposition) : à destination des personnes séronégatives, traitement d’urgence pris 48h après un risque de transmission puis tous les jours durant 1 mois.
  • TASP (treatment as prevention = traitement d’une personne séropositive comme prévention) : à destination des personnes séropositives, traitement permettant de bloquer la réplication du VIH (reproduction du matériel génétique) et de rendre la charge virale[6] indétectable. La personne ne transmet plus le VIH lors de relations sexuelles.

Comment en bénéficier ?

L’accès à la PrEP, exclusivement sous ordonnance, se fait en prenant rendez-vous dans un service hospitalier spécialisé́ dans la prise en charge du VIH ou dans l’un des Centres Gratuits d’Information, de Dépistage et de Diagnostic (Cegidd) présents dans tous les départements.

Le suivi médical renforcé du patient peut être effectué par un médecin traitant mais ne dispensera pas d’une consultation annuelle obligatoire chez un médecin hospitalier spécialisé dans la prise en charge du VIH ou un Cegidd.

En France, depuis janvier 2016, la PrEP est remboursée à 100% par l’Assurance Maladie. La France est ainsi devenue le 1er pays au monde à rembourser intégralement ce traitement. Cependant, les consultations médicales et les analyses biologiques associées à la prescription de la PrEP ne sont pas intégralement remboursées : une partie sera prise en charge par l’Assurance Maladie et une autre sera soit à la charge du patient soit à celle de sa complémentaire santé.

Retrouvez une cartographie des centres de consultations pour la PrEP via le lien suivant : http://prep-info.fr/carte-des-consultations

Besoin d’en parler ? Il existe un groupe facebook « fermé » nommé PrEP’Dial qui permet d’échanger avec des utilisateurs-trices de Prep. Il s’agit d’un espace francophone d’informations, de témoignages et de discussions ouverts à toutes les personnes intéressées.

 

Pour plus d’informations : Sida info service https://www.sida-info-service.org, Crips www.lecrips-idf.net, AIDES https://www.aides.org/prep, http://prep-info.fr/ , Mutuelle Intériale, Rubrique prévention (brochures)  https://www.interiale.fr

[1] Données 2016 Sida info Service

[2] Séropositivité = être porteur du virus du sida.

[3] Antirétroviraux : qui agissent sur les rétrovirus (virus du sida) en bloquant leur multiplication dans l’organisme

[4] Séronégatif = non porteur du VIH

[5] Source AIDES

[6] Charge virale : quantité de virus présente dans le sang. Elle est utilisée pour évaluer la sévérité de l’infection et l’efficacité des traitements.

Retour
Nous contacter
Nous suivre