La fatigue visuelle

18/01/2020 - 7 minutes de lecture

Maux de tête, vision trouble, ces symptômes sont souvent le lot quotidien des travailleurs sur écran. Pourtant, ils ne sont pas une fatalité ! Mais de quoi s’agit-il ? D’où viennent ces phénomènes ? Peut-on prévenir ces symptômes ?

L’œil

Afin de mieux appréhender la manière dont les yeux sont sollicités lors du travail sur écran, il est nécessaire de se (re)familiariser avec quelques notions portant sur la structure et le fonctionnement de l’œil humain. Les principaux éléments constitutifs de l’œil sont :

  • La rétine : Membrane située dans l’œil. Elle produit des informations nerveuses à partir de la lumière qu’elle reçoit et les achemine au cerveau à travers le nerf optique. C’est sur cette membrane que l’image est constituée.
  • Le cristallin : lentille souple qui permet de faire « une mise au point » de l’objet sur la rétine. Des muscles internes font varier la forme du cristallin pour qu’elle ait la bonne courbure et que l’image soit nette dans la rétine.
  • L’iris : partie colorée de l’œil, l’iris est situé devant le cristallin. Il s’ajuste à l’intensité de la lumière via la présence d’un anneau de muscles qui règle la dimension de la pupille (orifice noir au centre de l’œil).
  • La pupille : ouverture par laquelle la lumière pénètre dans l’œil. Lorsque la lumière est faible, la pupille s’agrandit (dilatation). A l’inverse, lorsque la lumière est intense, la pupille se rétrécit (rétrécissement).

Le phénomène de convergence

La convergence des yeux permet, à moins de 5 mètres, d’avoir une image nette au fond de la rétine. Sans ce phénomène, l’image serait double. Cette convergence est possible grâce à l’action coordonnée de muscles situés de chaque côté de l’œil. Plus l’objet est proche, plus les yeux vont converger. Au-delà de 5 mètres, les axes des yeux deviennent parallèles. Ainsi, sur un écran d’ordinateur, les yeux convergent en permanence.

Le phénomène d’accommodation

Un deuxième mécanisme permet d’avoir une image nette au fond de la rétine : l’accommodation. En fonction de la distance, des muscles nommés muscles ciliaires, modifient la courbure du cristallin comme une sorte de mise au point sur un appareil photo.

  • > 5 mètres : le cristallin est de forme aplatie, les muscles ciliaires sont très peu sollicités.
  • < 5 mètres : le cristallin se bombe via l’action des muscles ciliaires qui exercent leur force pour maintenir une courbure du cristallin plus prononcée.

Prévenir la fatigue visuelle

Ces deux mécanismes oculaires expliquent la fatigue visuelle engendrée par le travail sur écran. Les yeux sollicités en permanence se fatiguent et des maux de tête et/ou une vision floue apparaissent (généralement en fin de journée). Ce phénomène n’est pas irréversible, une solution existe pour reposer vos yeux et prévenir la réapparition de la fatigue visuelle : la réalisation de pauses visuelles. Ces dernières sont essentielles pour permettre un repos suffisant des yeux. Pour que les muscles actifs dans les mécanismes de convergence et d’accommodation puissent se relâcher, il est nécessaire d’effectuer des pauses visuelles en regardant au loin. Regarder au loin signifie porter le regard à une distance supérieure à 5 mètres. Ainsi, profitez de vos fenêtres, de vos pauses en extérieur ou encore de vos déplacements pour détendre vos yeux. Il est recommandé d’effectuer des pauses visuelles régulières au cours de votre journée de travail environ toutes les 20 minutes durant quelques secondes. Une autre astuce, moins efficace que les pauses visuelles mais qui peut vous aider à soulager vos yeux, consiste à éloigner de temps en temps son écran d’ordinateur et de le positionner à une distance de plus de 60 cm, en s’assurant bien-sûr que les caractères à l’écran soient toujours visibles. Les lunettes de repos, appelées aussi lunettes anti-fatigue, peuvent aussi aider à prévenir la fatigue visuelle. Ces lunettes de confort ne rectifient pas les troubles de la vue mais apportent une légère correction, suffisante pour empêcher la fatigue visuelle chez les personnes dont la vue est normale. Certains modèles proposent également des filtres anti-lumière bleue. Actuellement, les effets de ce type de lumière sur notre rétine n’ont pas été démontrés. Seuls les enfants présenteraient des risques avérés. Par contre, il a été prouvé que ce type de lunettes ne protégeaient aucunement contre la DMLA (Dégénérescence Maculaire Liée à l’Age : perte de la vision centrale), maladie génétique à 70%. En cas de problèmes de vue persistants (maux de tête, vision floue), n’hésitez pas à prendre rendez-vous chez un ophtalmologue qui, si nécessaire, vous redirigera vers un orthoptiste.  

Les éblouissements

Les éblouissements peuvent aussi être à l’origine d’une fatigue visuelle. En effet, lorsque la rétine reçoit une trop grande quantité de lumière de façon soudaine, l’œil perçoit alors des informations contradictoires et se trouve ébloui. Ce phénomène d’éblouissement se ressent principalement la nuit (Exemple : cas de phares de voiture apparaissant soudainement sur la route). De jour, même s’ils sont moins perceptibles, les éblouissements fatiguent vos yeux. Notamment dans le cas de reflets sur son écran, d’une baie vitrée réfléchissante, d’une fenêtre face à soi, d’un éclairage trop intense dans le champ de vision… Pour limiter les phénomènes d’éblouissements, plusieurs solutions existent :

  • Évitez de positionner votre bureau directement sous un éclairage.
  • Placez votre écran de façon perpendiculaire aux fenêtres pour éviter de vous retrouver face ou dos à une fenêtre. Si la configuration de l’espace de travail ne le permet pas, apposer des stores à lamelles aux fenêtres
  • Supprimez si possible les sources d’éclairage éblouissantes
  • Demandez à votre hiérarchie la pose de films anti éblouissement sur des baies vitrées présentant de nombreux reflets.

En résumé,

Contrairement aux idées reçues, travailler sur écran ne provoque pas de troubles de la vision tels que myopie, presbytie, astigmatisme…  Cependant, de façon prolongée, le travail sur écran est source de fatigue visuelle due à une sur-sollicitation de certains muscles des yeux. Il est possible de prévenir ce phénomène à travers la pratique régulière de pauses visuelles et la limitation des sources d’éblouissement.