1. Prévention - Mutuelle Intériale
  2. Tous les Articles
  3. Comment bien lire l’étiquetage nutritionnel ?

Comment bien lire l’étiquetage nutritionnel ?

Comment bien lire l’étiquetage nutritionnel ?
L’emballage alimentaire est une mine d’informations pour le consommateur ! Il comporte les mentions obligatoires et parfois aussi des labels. Cet article fait le point pour vous aider à bien choisir vos aliments d’un point de vue nutritionnel.

La liste des ingrédients

Elle est obligatoire sur tous les produits exceptés les fruits et légumes frais, certains produits laitiers, le vinaigre, l’eau, le lait, la farine et le sucre. Elle recense tous les ingrédients présents dans la préparation, par ordre décroissant de quantité. Les quantités sont parfois exprimées en pourcentage, notamment quand le fabricant souhaite mettre en avant la présence d’un ingrédient en particulier.

Dans la liste des ingrédients, les aliments susceptibles de provoquer une intolérance ou allergie doivent être mentionnés différemment : en plus gros, gras et/ou italique. Si le fabricant ne peut pas garantir l’absence totale d’un allergène dans un produit, il mentionne « Produit élaboré dans un atelier qui utilise… ».
Les allergènes les plus couramment retrouvés dans la liste des ingrédients sont le gluten, les crustacés, les œufs, les poissons, les mollusques, les arachides, le soja, le lait, les fruits à coque, le céleri, la moutarde…

Zoom sur les additifs alimentaires
Ce sont des produits naturels ou de synthèse ajoutés dans les préparations alimentaires. Seuls les additifs alimentaires autorisés peuvent être utilisés par les industriels. Tout additif doit être mentionné sur l’emballage, soit en toutes lettres soit sous un code « E » suivi de 3 chiffres (ex : E122).
Les additifs sont classés en différentes catégories dont les acidifiants, les agents d’enrobage, les colorants, les conservateurs, les édulcorants, les émulsifiants, les gélifiants…

La date limite de consommation

Elle a pour but d’informer les consommateurs et de protéger leur santé. Il en existe 2 types :

La date limite de consommation (DLC)

Elle est indiquée sur les produits périssables vendus aux rayons frais (viandes, charcuteries, laitages, plats cuisinés…) sous la forme « à consommer jusqu’au » suivie du jour et du mois. Une fois la DLC dépassée, les produits ne peuvent plus être vendus et il est préférable de ne plus les consommer.

La date de durabilité minimale (DDM)

Elle concerne les produits qui peuvent être consommés au-delà de la date indiquée sur l’emballage sans risque pour la santé (conserves, gâteaux secs…). Elle est reconnaissable à la mention « A consommer de préférence avant le… ». Une fois la DDM dépassée, le fabricant ne garantit plus les qualités nutritionnelles, ni le goût et l’odeur des produits.

Certains produits ne comportent pas de date limite de consommation, notamment les produits vendus dans les petits commerces : fruits et légumes, pâtisseries, viandes et poissons frais. Il est préférable de les consommer rapidement après leur achat.

Les informations nutritionnelles

Depuis décembre 2016, l’information nutritionnelle est présente sur tous les produits alimentaires vendus emballés. Elle est communiquée sous forme d’un tableau qui comporte obligatoirement la valeur énergétique (en kJ et kcal), la quantité de matières grasses (lipides), d’acides gras saturés, de glucides (sucres lents et rapides), de sucres, de protéines et de sel (ou sodium) présentes pour 100 ml ou 100 g de produit.focus-informations-nutritionnelles

Lorsque les quantités de vitamines et minéraux sont suffisamment importantes dans la préparation alimentaire, elles peuvent être mentionnées dans le tableau des valeurs nutritionnelles.

Les apports nutritionnels conseillés (ANC) correspondent à la quantité suffisante des différents nutriments (lipides, glucides, protéines, vitamines, minéraux…) à apporter chaque jour à l’organisme pour assurer ses fonctions vitales. Ces besoins sont individuels car influencés par de nombreux facteurs : âge, sexe, pratique d’activité physique, état physiologique (croissance, grossesse, allaitement)… mais pour simplifier, des normes par tranche d’âge ou situation sont établies.

Les autres éléments de l’étiquette d’un produit alimentaire

Les étiquettes des produits pré-emballés doivent également comporter :

  • La dénomination de vente qui définit le produit (ex : galettes de riz soufflé)
  • L’origine des produits
  • La quantité nette du produit
  • Le pourcentage d’alcool pour les boissons titrant plus de 1.2 % d’alcool
  • Le numéro du lot de fabrication pour assurer la traçabilité
  • Le mode d’emploi si la denrée nécessite un usage approprié ou une conservation spécifique (ex : à conserver dans un endroit sec)

Les allégations nutritionnelles

Une allégation nutritionnelle informe le consommateur que l’aliment ou la préparation alimentaire possède des propriétés nutritionnelles bénéfiques pour l’organisme : « riche en fibres », « faible teneur en graisses », « sans sucre ajouté »…
A la lecture des étiquettes, tous les éléments sont importants, mais vous devez être particulièrement attentif aux matières grasses (lipides) et sucres.

Quelques repères sur les allégations pour vous aider à bien choisir vos produits alimentaires

Un aliment est dit :

  • « Sans matières grasses » s’il comporte moins de 0.5 g de lipides pour 100 g ou 100 ml de produit
  • « Pauvre en matières grasses » s’il ne contient pas plus de 3 g de lipides pour 100 g ou 1.5 g pour 100 ml de produit
  • « Allégé en matières grasses » si sa teneur en lipides est de 30 % inférieure à la teneur en lipides d’un produit similaire non allégé
  • « Gras » s’il contient plus de 10 % de matières grasses.
  • « Allégé en sucres », « A teneur réduite en sucres » ou « light » s’il renferme au moins 25 % de sucres en moins que le produit standard
  • « A faible teneur en sucres » s’il ne comporte pas plus de 5 g de sucres pour 100 g
  • « Sans sucre ajouté » s’il ne contient que les sucres présents naturellement dans les produits constituant la préparation alimentaire
  • « Sans sucre » si sa teneur en sucres est inférieure ou égale à 0.5 g pour 100 g.

Astuces – face aux étiquettes des produits, que choisir ?

Prenez le temps de comparer les étiquettes et choisissez des aliments qui comportent :

  • Une liste d’ingrédients la plus courte possible.
  • Des ingrédients que vous pourriez avoir dans votre placard (si vous ne connaissez pas le nom d’un ingrédient, reposez le produit. Ex : sirop de glucose-fructose).
  • Peu ou pas de sucres ajoutés. Mieux vaut un produit ne comportant que des sucres naturellement présents dans les ingrédients de base.
  • Des matières grasses de qualité (huiles végétales, beurre)
  • Peu ou pas d’additifs alimentaires.
  • Des fibres (au moins 2 g pour 100 kcal de produit)

Pour deux produits équivalents, choisissez ceux dont les valeurs en « acides gras saturés » et/ou en « sucres » sont les plus faibles.

Retour
Nous contacter
Nous suivre