1. Prévention - Mutuelle Intériale
  2. Tous les Articles
  3. Quel sport choisir après 50 ans ?

Quel sport choisir après 50 ans ?

Quel sport choisir après 50 ans ?
« On n’a pas tous les jours 20 ans ». Cette phrase est d’autant plus vraie quand on a 50 ans et qu’il s’agit de faire du sport. Si certains ont gardé une forme sportive au top, pour d’autres en revanche, la pratique du sport ou la reprise d’une activité physique peut être compliquée au début.

Les bienfaits de l’activité après 50 ans

La pratique d’une activité physique régulière est bénéfique pour la santé et ce, à tout âge : elle protège de certaines maladies (cardiovasculaires, hypertension, diabète, ostéoporose…), elle limite la prise de poids et entretient la forme musculaire.

Pratiquer une activité physique aide à conserver sa mobilité (lutte contre l’essoufflement à la marche, les difficultés à monter des escaliers ou à parcourir de grandes distances à pied, meilleur équilibre…).
Si les courbatures vous font peur, retrouvez nos conseils

Pratiquer une activité physique ? D’accord !
Mais combien de temps par jour ?

L’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) recommande de pratiquer au moins 30 minutes d’activité physique modérée (marche rapide, laver les vitres, passer l’aspirateur…) par jour. Il est possible de fractionner votre activité en 3 séances de 10 minutes par exemple.
Pour les personnes n’ayant jamais ou peu pratiqué de sport, si l’activité réalisée est d’intensité faible (marche lente…) prévoyez 45 minutes d’activité par jour.
Il est également possible de réaliser 75 minutes minimum d’activité physique soutenue (natation, jogging, tennis, squash…) dans la semaine.

Quelles activités pratiquer ?

Choisissez votre activité physique en fonction de vos capacités et fixez-vous des objectifs atteignables. Par exemple : vous descendrez difficilement en dessous des 10 secondes au 100m mais vous pourrez beaucoup plus facilement faire 1 h de vélo ou 30 minutes de footing.

Si vous n’avez pas de contre-indications particulières, vous pouvez vous tourner vers  la course à pied.

La randonnée est aussi une activité physique intéressante : elle peut se pratiquer seul (déconseillé en montagne ou terrains accidentés) ou en groupe (en famille, avec des amis, en club…). L’intensité d’une randonnée peut être adaptée au niveau de chacun, en modulant la vitesse de marche et la difficulté de l’itinéraire choisi. C’est un excellent moyen de prendre l’air, de faire du sport et de décompresser.illustration-sport-50-ans

Vous pouvez également vous tourner vers la natation : une activité complète qui fait travailler les muscles et articulations en douceur (si vous allez à votre rythme).

Vous pouvez aussi essayer les activités aquatiques de type aquagym, aquabiking, … qui sont des alternatives sportives et ludiques, favorables aux articulations.

Le vélo est une bonne activité physique. Pour allier l’agréable au sport, allez-vous promener à vélo, en famille ou entre amis, si vous le pouvez.

Les sports de précision

Le tir à l’arc est parfait pour développer votre coordination, apprendre à gérer votre stress et développer votre précision.

Et si vous vous laissiez tenter par une activité plus exotique, telle que le yoga ou le tai-chi ? Ces activités peuvent vous aider à gérer votre stress notamment, tout en réalisant des exercices physiques.

Passage obligatoire par le médecin généraliste

Avant de vous lancer dans une activité physique, consultez votre médecin généraliste traitant qui saura vous conseiller ou vous orienter vers des sports adaptés à votre condition physique et vos capacités.
Un test d’effort est conseillé pour les adultes de plus 40 ans qui reprennent le sport et peut être également proposé selon le niveau de sport que vous souhaitez pratiquer (compétition ou simplement en  pratique loisir…).

Le test d’effort

Réalisé à l’hôpital ou en cabinet, le test d’effort sert à mesurer la réaction de votre cœur dans des conditions d’activité physique. Il consiste à réaliser un exercice physique, comme courir sur un tapis roulant ou pédaler sur un vélo d’appartement, dont l’intensité est croissante et est arrêtée lors de l’apparition d’une fatigue (épuisement ou essoufflement trop important, fréquence cardiaque maximale atteinte, tension artérielle trop élevée, troubles du rythme cardiaque).

Avec le sport : on est bien dans son corps et dans sa tête. Alors, on s’y met ?

SOURCE : Mangerbouger.fr , INPES, OMS

Retour
Nous contacter
Nous suivre