Maladie
TMS

Nos précieuses articulations à la loupe

07/04/2021 - 3 minutes de lecture
Les TMS touchent les éléments d’une articulation. Une articulation correspond à la jonction entre deux os, permettant de les relier et de leur donner une mobilité l’un par rapport à l’autre. Le corps humain en compte près de 400 !

L’articulation fonctionne grâce à différentes structures périarticulaires :
 

Les muscles

 
Le saviez-vous ? Les muscles les plus actifs de notre corps sont nos yeux, ces derniers se déplacent en moyenne 100 000 fois par jour !
 
Les muscles représentent un élément indispensable dans une articulation. En effet, ils assurent le mouvement de notre corps en exerçant des forces sur les os à travers les tendons. Les muscles permettent également le maintien de la posture du corps et jouent un rôle dans la production de la chaleur corporelle.
 
Les muscles présentent 4 propriétés fondamentales :

  • Contractilité : capacité à se contracter sous l’effet d’une commande nerveuse, volontaire ou réflexe
  • Extensibilité : capacité à s’étirer au-delà de sa longueur de repos
  • Excitabilité : capacité à réagir et à propager une stimulation électrique
  • Elasticité : capacité à retrouver sa longueur de repos après un étirement ou une contraction

 
Les muscles ont également la particularité de fonctionner en binôme : un muscle extenseur (qui s’étire) et un muscle fléchisseur (qui se contracte). Par exemple, pour l’articulation du bras : le triceps est le muscle extenseur, le biceps correspond au muscle fléchisseur.
 
 

Les os

 
Le saviez-vous ? Plus on prend en âge, plus le nombre d’os diminue ! Et oui, à la naissance, le squelette humain est composé de 300 os, or, à l’âge adulte, il ne sera composé que de 206 os. Pourquoi ? Tout simplement car certains os fusionnent entre eux. À savoir que la masse osseuse du squelette atteint une densité maximale vers l’âge de 20 ans.
 
Les os représentent l’élément central de nos articulations. Chacune de nos articulations contiennent 2 os (voire plus) séparés par un espace nommé cavité articulaire. Cette spécificité confère aux os une importante mobilité.
 
 

Les tendons

 
Le saviez-vous ? Le tendon d’Achille est le plus long, le plus volumineux et le plus solide du corps humain avec une épaisseur de 5 à 6 mm et une longueur de 12 à 15 cm.
 
Les tendons présentent de nombreuses spécificités et font partie des structures qui lient et stabilisent les articulations. Ces derniers sont certes passifs (c’est-à-dire qu’ils ne produisent pas activement de mouvement comme le font les muscles), mais jouent un rôle essentiel dans le mouvement articulaire. Ils ont pour fonction principale de rattacher le muscle à l’os et de transmettre les forces musculaires aux pièces osseuses. Ils possèdent l’une des forces de résistance les plus élevées de tous les tissus mous corporels.
 
 

Les ligaments

 
Le saviez-vous ? Le ligament le plus solide du corps humain est le ligament ilio-fémoral, situé dans l’articulation de la hanche. En position verticale, il empêche le tronc de basculer vers l’arrière. En position assise, il est détendu : ce qui permet d’incliner le bassin vers l’arrière.
 
Les ligaments ont pour rôle de relier les os d’une articulation en maintenant les surfaces articulaires en contact permanent et en limitant les mouvements pour qu’ils ne dépassent pas leur amplitude autorisée. Attention, les ligaments sont souvent confondus avec les tendons. Or, ces derniers sont rattachés directement aux muscles tandis que les ligaments sont fixés aux os. Ces éléments sont aussi beaucoup plus fragiles que les tendons. En effet, les ligaments ne présentent pas de caractère élastique et ne reviennent jamais à leur position initiale suite à un étirement important.
 
 

Les nerfs

 
Le saviez-vous ? L’être humain compte près de 150 000 km de sensations nerveuses qui émettent chaque seconde 4 milliards de signaux entre l’hémisphère cérébral gauche et l’hémisphère cérébral droit.
 
Les nerfs représentent des organes du système nerveux périphérique. Ils sont composés de fibres capables de transmettre des informations sensorielles du corps vers le cerveau et d’acheminer les informations motrices du cerveau vers les muscles, les organes et les glandes.  Les nerfs constituent ainsi le prolongement du système nerveux central (encéphale et moelle épinière).
 
Il en existe 3 types :

  • Les nerfs sensitifs : qui transmettent les informations venant de la peau, des organes, des muscles, des articulations, des glandes vers le système nerveux central.
  • Les nerfs moteurs : qui réagissent aux informations données par les nerfs sensitifs et déclenchent des réactions (mouvements), qui partent du système nerveux pour rejoindre les muscles.
  • Les nerfs végétatifs : qui transmettent les informations du système nerveux central aux organes et aux glandes pour assurer les diverses fonctions physiologiques (digestion, respiration, etc.).

 
La plupart des nerfs ont la propriété d’être mixtes, c’est-à-dire d’être à la fois sensitifs et moteurs.
 
 

Les bourses séreuses

 
Le saviez-vous ? L’articulation qui comprend le plus grand nombre de bourses séreuses est le genou. En effet, on dénombrerait plus de 12 bourses séreuses dans chaque genou contre 6 pour la cheville et 8 pour l’épaule.
 
Les bourses séreuses correspondent à de petites poches remplies d’un liquide nommé liquide synovial. Elles sont situées autour des articulations, entre les tendons et les os. Les bourses séreuses protègent les tendons et les muscles dont elles facilitent le glissement sur les os. Ces bourses sont présentes dans la plupart des articulations : les genoux, la hanche, le coude, l’épaule, la cheville et le poignet.
 
 

Le cartilage

 
Le saviez-vous ? Nous mesurons environ 1 centimètre de moins au moment du coucher par rapport au réveil. En effet, le cartilage de notre colonne vertébrale se tasse peu à peu dans la journée, puis reprend sa taille d’origine durant notre sommeil.
 
Le cartilage a pour fonction principale de faciliter le glissement des surfaces osseuses les unes par rapport aux autres et de répartir de façon homogène les pressions que subit l’articulation. Le cartilage a pour caractéristiques de n’être ni innervé, ni vascularisé du fait de l’absence de nerf et de vaisseaux sanguins. Cette spécificité explique que le cartilage se régénère peu et cicatrise difficilement. Au fil des années, il s’use ainsi naturellement.