Articulations
Corps humain
Maladie
TMS

1 jour, une partie du corps : les poignets

14/04/2021 - 3 minutes de lecture
Au quotidien, les poignets sont constamment sollicités et ainsi exposés à un risque élevé de TMS.

Comprendre le fonctionnement de vos poignets

 
Le poignet est une articulation qui se situe entre la main et l’avant-bras. Le poignet comprend 10 os, un canal carpien composé de 9 tendons rattachés aux muscles fléchisseurs des doigts (permettant de serrer la main), un ligament nommé rétinaculaire, d’os (nommés os du carpe) et d’un nerf médian. Ce dernier commande la sensibilité d’une partie de la main (pouce, index, majeur et annulaire) et du bras.
 
Au quotidien, les poignets sont constamment sollicités et ainsi exposés à un risque élevé de TMS.
 

 
 

Les troubles musculosquelettiques et les poignets

 
Les pathologies les plus répandues et les plus connues pour le poignet sont les tendinites et le syndrome du canal carpien. Il n’est d’ailleurs pas rare de confondre les deux maladies d’autant plus que vous pouvez développer ces deux pathologies en même temps ! Mais alors, quelle est la différence ?
 
Et bien la réponse n’est pas facile car ces deux pathologies peuvent provoquer les mêmes symptômes : engourdissement, douleur au poignet et faiblesse musculaire allant jusqu’à une réduction de la mobilité (pour un stade avancé). Cependant, il ne s’agit pas du même élément anatomique touché.
 
 
La tendinite du poignet
 
La tendinite, nommée aussi tendinite de QUERVAIN, correspond à une inflammation du tendon ou de sa gaine. Pour rappel, les tendons correspondent à des tissus composés de fibres collagènes s’apparentant à un élastique raide permettant de rattacher les muscles aux os.
 
Pour savoir si vous êtes atteint de ce trouble, voici un petit test simple à effectuer : le test de Finkelstein. Il suffit de positionner votre pouce vers l’annulaire à l’intérieur de votre paume et d’incliner votre poignet en « inclinaison cubitale [1]». Si vous ressentez une douleur, alors ce test sera positif.
 

 
Les causes à l’origine d’une tendinite sont multiples : mouvement répétitif du poignet, mauvaise posture, maintien prolongé du poignet dans une même position, pratique d’un sport de raquettes (tennis, badminton) ou microtraumatismes répétés du tendon (coups, chocs), exposition aux vibrations, usure naturelle.
 
La plupart du temps les tendinites se soignent bien avec du repos (arrêt de l’activité déclenchante) et de la rééducation. En cas de rupture du tendon, une opération chirurgicale s’imposera.
 
 
Le Syndrome du canal carpien (SCC)
 
Le SCC est le TMS le plus fréquent en France et dans les pays occidentaux. En 2014, les interventions pour cette pathologie ont concerné environ 127 000 personnes en France métropolitaine. Les femmes représentaient 65 % de ces patients (source INVS).
 
Le syndrome du canal carpien correspond aux troubles liés à la compression du nerf médian lors de son passage dans le canal carpien. Ce nerf est responsable de la sensibilité d’une partie de la main (pouce, index, majeur et une partie de l’annulaire) et assure l’innervation[2] des muscles du pouce. Lorsque ce nerf est comprimé, l’influx nerveux passe difficilement et des symptômes apparaissent.
 
Pour vous aider à appréhender cette pathologie, nous vous invitons à visionner la vidéo suivante :
 
https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/syndrome-canal-carpien/comprendre-syndrome-canal-carpien
 
Les symptômes du SCC
 
Les symptômes du SCC dépendent du degré d’évolution de la maladie : troubles sensitifs (fourmillements, picotements, engourdissement progressif, gonflement des doigts), douleurs, perte de sensibilité, diminution de la force musculaire.
 

 

À SAVOIR !
Le syndrome du canal carpien peut aussi survenir sans qu’aucune cause ne soit identifiée. On parle dans ce cas de « syndrome du canal carpien idiopathique ». Certaines personnes sont en effet plus prédisposées à développer une compression du nerf médian que d’autres.

 
 

9 conseils pour prévenir l’apparition de TMS au niveau du poignet

 
Voici quelques conseils à appliquer au quotidien et particulièrement sur votre lieu de travail :
 

  • Reposez régulièrement les mains et les poignets durant l’exécution de tâches répétitives. En profiter pour étirer doucement le poignet.
  • Variez les positions et si possible, alterner les mouvements d’une main à une autre.
  • Limitez la force employée pour certaines actions au niveau du poignet (par exemple : appuyer sur les touches du clavier avec légèreté).
  • Veillez à ce que les poignets n’appuient pas sur des surfaces rigides durant de longues périodes (par exemple : bord du plan de travail).
  • Tenez les objets à pleine main plutôt que du bout des doigts.
  • Limitez la durée d’utilisation d’objets vibrants et portez des gants antivibratoires.
  • Evitez de « casser » le poignet lors de la manipulation d’un outil de travail (souris, arme de service,…), positionnez vos poignets dans le prolongement de vos avant-bras ou en légère extension.
  • Ajuster la hauteur de son siège à sa morphologie pour éviter les mauvaises positions du poignet.
  • Porter des gants de travail pour tous travaux ou missions s’effectuant dans des lieux où la température est inférieure à 10 degrés.

 
 
[1] Correspond à une adduction du poignet, soit une inclinaison de la main à l’opposé du pouce (vers la gauche pour la main droite et vers la droite pour la main gauche
 
[2] Innervation : qualifie la manière dont les nerfs sont distribués et répartis au sein d’un organe