1. Prévention - Mutuelle Intériale
  2. Tous les Articles
  3. Vigilance au volant

Vigilance au volant

Vigilance au volant
Vous travaillez la nuit ou vous êtes amené à intervenir la nuit ? Cet article vous concerne.
Après une intervention nocturne qui a demandé beaucoup d’attention de votre part, la fatigue et la décompression qui en résultent peuvent malheureusement entraîner une baisse de vigilance et parfois conduire à un accident.
Il a été démontré que la somnolence au volant sur le trajet du retour après son travail de nuit est un véritable risque *.

*Selon une étude du Centre Hospitalier Universitaire de Bordeaux montrant un pic de survenue des accidents de la route entre 6 et 7 heures du matin.

Le danger est réel : 1 accident mortel sur 3 sur autoroute est associé à la somnolence (chiffres de la Direction de la Sécurité et de la Circulation).
Il faut savoir qu’avant une intervention, vous avez une montée d’adrénaline afin que tous vos sens soient en éveil. Or, les accidents surviennent souvent au retour d’intervention, du fait de cette baisse d’adrénaline (décompression) qui entraîne une baisse de la vigilance.

Infographie - sécurité au volant

La fatigue et la somnolence au volant augmentent le risque d’accident. Comment repérer les signes et comment agir efficacement pour éviter l’accident ?

  • La fatigue, c’est la difficulté à rester concentré. Ses signes annonciateurs sont le picotement des yeux, le raidissement de la nuque, les douleurs de dos et le regard qui se fixe. Une solution : toutes les 2 heures, la pause s’impose !
  • La somnolence, c’est la difficulté à rester éveillé, avec le risque d’endormissement, quelle que soit la longueur du trajet. Elle se manifeste par des bâillements et des paupières lourdes. En outre, la somnolence entraîne des périodes de «micro-sommeils» (de 1 à 4 secondes) pouvant être extrêmement dangereuses pour la sécurité de tous. La pause alors ne suffit plus.La solution la plus efficace pour restaurer sa vigilance : s’arrêter dans un endroit sécurisé pour se reposer au moins un quart d’heure.

« Dès les premiers signes de somnolence, le conducteur doit s’arrêter parce que les risques d’avoir un accident dans la demi-heure qui suit sont multipliés par 3 ou 4. Ses réflexes sont altérés et, plus il roule vite, plus les conséquences sont graves en cas d’accident. » explique le Pr Damien Léger, président du Conseil scientifique de l’Institut national du sommeil et de la vigilance.

Et bien sûr :

  • Vérifiez que tous les phares du véhicule fonctionnent, pour bien voir et aussi pour être vu.
  • Pensez à réduire votre vitesse pour diminuer la distance d’arrêt en cas de freinage d’urgence. En effet, une vitesse excessive induit une fatigue supplémentaire car la vitesse oblige le cerveau à traiter un plus grand nombre d’informations en un minimum de temps, la vision devant alors s’adapter en permanence.

Et attention à certains médicaments : les premiers effets de la somnolence peuvent être dus aux effets secondaires d’un médicament. En France, plus d’un tiers des médicaments commercialisés sont munis d’un pictogramme mentionnant leur dangerosité potentielle en matière de conduite.

Comment diminuer la fatigue et améliorer la vigilance au volant ?

Si vous travaillez la nuit, il peut être intéressant :

  • de faire de l’exercice le soir avant la prise de poste pour rester en éveil ;
  • de boire une boisson à base de caféine en début de poste pour améliorer votre vigilance ;
  • de prendre une collation vers 3 heures du matin au moment où la vigilance est au plus bas. Cela vous maintiendra éveillé, limitera votre période de jeûne et vous évitera de grignoter ;
  • de boire régulièrement de l’eau pour vous hydrater ;
  • et d’éviter les aliments riches en graisses et en sucres qui favorisent la somnolence 30 à 60 minutes après les avoir mangés.

Et au quotidien, pour rester vigilant et limiter les risques de fatigue, privilégiez une activité physique régulière, conservez toujours un rythme de 3 repas avec 1 collation (si travail de nuit) et essayez de respecter votre temps de sommeil (pour la plupart des personnes entre 7 et 8 h par 24 heures).

Retour
Nous contacter
Nous suivre