poids
retraite
santé

Prendre sa retraite sans prendre de poids

22/12/2020 - 5 minutes de lecture
Le passage à la retraite est une grande étape dans la vie : elle marque la fin de l’activité professionnelle et s’accompagne d’une modification des habitudes et du rythme de vie.  Elle peut être associée à différentes inquiétudes notamment la prise de poids. INTÉRIALE vous accompagne pour vous aider à vous appréhender au mieux cette nouvelle étape de votre vie pour rester en forme.

Au moment de la retraite, quels constats ?

Une modification du rythme de vie

Passer d’une vie active à celle de retraitée est un grand pas. L’un des pièges de la retraite dans lequel vous ne devez pas tomber est l’inactivité. Si certains restent très actifs à leur retraite, d’autres ont tendance à perdre le rythme ! Se retrouver dans un mode de vie plus sédentaire, avec de nombreux moments de temps libre voire d’ennui, et un manque certain de pratique d’ activité physique n’est bon ni pour le physique ni pour le moral.

 

Une diminution de la pratique de notre activité physique 

La retraite, du fait de ne plus avoir d’activité professionnelle, entraîne une diminution de l’activité physique. Il faut préparer sa retraite pour rester au maximum actif : sorties, sports en club, activités physiques. De nombreuses solutions existent, ne laissez pas la sédentarité s’installer ! N’hésitez pas à vous renseigner auprès des différents clubs et associations de votre ville et aux alentours.

 Les recommandations pour être en forme ? Au moins 30 minutes d’activité physique modérée par jour, auxquelles il faut ajouter une vingtaine d’heures d’activité (intellectuelle, manuelle ou physique) tout au long de la semaine. Cela permet de structurer le rythme de vie et de lutter contre la sédentarité.

Attention à ne pas tomber dans un cercle vicieux ! Le manque d’activité sportive couplé à une augmentation du poids, entraîne une baisse des capacités physiques. Ainsi, il sera plus fatiguant de se déplacer, réduisant encore l’activité physique et ainsi de suite… amenant à une inactivité totale.

 

Un changement des besoins alimentaires

La diminution de l’activité à la retraite est le plus souvent associée à une modification des besoins alimentaires chez les seniors : ils se dépensent moins, donc leur corps a besoin de moins d’énergie pour fonctionner. Pourtant, ayant la possibilité de passer plus de temps en cuisine, la plupart des seniors continuent à manger les mêmes portions voire en plus grande quantité. Il faut donc rééquilibrer et adapter ses portions à son activité.

De plus, avec l’âge, une fonte musculaire que l’on appelle la sarcopénie s’amorce, entièrement normale et physiologique. Elle représente donc une autre preuve de l’importance de l’activité et de l’alimentation à cet âge.

 

 

En pratique, comment prévenir la prise de poids ?

 

Halte au grignotage

En plus de ne pas se dépenser suffisamment, les jeunes retraités ont tendance à céder au grignotage, à une déstructuration et à un manque de régularité des repas. La conséquence : une augmentation des apports caloriques alors que les besoins diminuent, la prise de poids semble inévitable… sauf si vous vous savez comment agir

 

Gardez un temps de repas formel

Installez-vous à table pour manger, si vous le pouvez ne mangez pas seul (partagez un repas avec votre famille/amis….). Cela permet d’instaurer un rituel alimentaire. Ainsi, vous éviterez une dérégulation de votre rythme des repas et limiterez les grignotages, si redoutables sur le poids.

 

Composez un repas le plus équilibré possible

La retraite est l’un des moments de la vie où il faut faire attention à son alimentation si on veut veiller à son poids. Essayez de réduire la taille des assiettes : une assiette trop grande incite à manger des quantités plus grandes.

Contrairement aux idées reçues, les repas structurés sur une base entrée-plat-dessert ne sont pas plus caloriques qu’un plat unique, s’ils sont bien équilibrés :

  • Une entrée à base de crudités, sans excès de sauce, permet d’apporter des légumes et donc des fibres dans le repas, et de réduire l’appétit lorsque l’on arrive au plat de résistance, qui est souvent, plus copieux que l’entrée.
  • Un plat de résistance à base de viande/œuf/poisson, légumes et féculents
  • Un dessert à base de fruit et/ou un produit laitier (type yaourt, fromage blanc, compote, un fruit…)

En complément, si vous souhaitez vous familiariser ou vous refamiliariser avec l’équilibre alimentaire, n’hésitez pas à vous inscrire à notre programme de prévention gratuit « A Table»