1. Prévention - Mutuelle Intériale
  2. Tous les Articles
  3. Les différentes méthodes pour arrêter de fumer

Les différentes méthodes pour arrêter de fumer

Les différentes méthodes pour arrêter de fumer

« C’est décidé, j’arrête de fumer » ! Arrêter de fumer n’est pas chose simple. Chaque fumeur est différent. La meilleure méthode est celle qui permet au fumeur de ne pas souffrir des symptômes de manque créés par la nicotine.

Un accompagnement par un professionnel de santé

Pour vous aider ou aider un de vos proches dans cette démarche,  il est vivement conseillé d’être accompagné par un professionnel de santé. Le tabacologue propose, au fumeur, même mineur, le traitement adapté à sa situation pour arrêter de fumer. La prise en charge peut comprendre un accompagnement régulier pendant la démarche d’arrêt.

Lors de la première consultation, le tabacologue va effectuer un certain nombre de tests et poser plusieurs questions afin de connaître le degré de dépendance à la nicotine, les freins et les motivations à arrêter, l’état psychologique, les craintes, etc. A l’issue de celle-ci, un programme personnalisé pour arrêter de fumer est établi.

Passage en revue des différents traitements :

Les substituts nicotiniques

Gommes, patchs et sprays délivrent de la nicotine, sans apporter les substances cancérigènes du tabac.

Avantages
Ces produits sont en vente libre en pharmacie. Lorsqu’ils sont prescrits par un professionnel de santé et qu’ils figurent sur la liste des substituts nicotiniques pris en charge par la Sécurité Sociale, ils sont remboursés par la Sécurité Sociale à hauteur de 150€ par personne et par an jusque fin 2018.

Depuis le 20 mai 2018, l’Assurance Maladie rembourse à 65% les prescriptions de gomme à mâcher Nicotine EG, et les patchs NicoretteSkin, dont les prix ont été harmonisés et fixés en accord avec le gouvernement. Permettant ainsi  un meilleur accès aux traitements de substitution.
D’autres marques et produits devraient être remboursés également.

Un forfait complémentaire annuel peut être versé par Intériale selon la formule santé détenue. Reportez-vous à votre tableau de garantie.

Inconvénients
Certains effets secondaires sont possibles (irritation de la bouche…). Par ailleurs, ces produits ne suppriment pas l’addiction à la nicotine. Le risque de maintenir une dépendance semble plus élevé avec les formes orales, du fait de leur action plus rapide sur le cerveau.

Les traitements médicamenteux

Le Champix® : Ce médicament est prescrit par un médecin et nécessite donc une ordonnance. Il est conseillé aux fumeurs très dépendants. Ce médicament ne délivre pas de nicotine dans l’organisme. Ce n’est pas un traitement substitutif, comme les gommes ou patch à base de nicotine. Enfin, il ne doit pas être pris avec des substituts nicotiniques.

Avantages
il réduit le manque en agissant sur les mêmes récepteurs du cerveau que la nicotine.

Inconvénients
– Il n’est pas remboursé par la Sécurité sociale.
– Effets secondaires possibles : nausées, maux de tête, troubles du sommeil.

Le Zyban® : ce médicament est délivré uniquement sur prescription médicale.
L’arrêt du tabac est préconisé environ deux semaines après le début du traitement à une date fixée avec le médecin. C’est le temps nécessaire pour que le traitement soit pleinement efficace.

Avantages
– Réduit le plaisir de fumer et les symptômes de manque.
– Limiterait la prise de poids.

Inconvénient : l’effet secondaire le plus fréquemment observé est l’insomnie.

Les thérapies comportementales et cognitives (TCC)

Une thérapie comportementale et cognitive permet d’identifier les difficultés qu’éprouve le fumeur et d’envisager des solutions en fonction du degré et du type de dépendance. Elles peuvent permettre au fumeur de supprimer l’addiction au tabac, de gérer son stress, de diminuer les rechutes après un arrêt du tabac.

Les thérapies comportementales et cognitives sont remboursées par la Sécurité sociale et éventuellement par Intériale lorsqu’elles sont effectuées avec un psychiatre ou un psychologue. Reportez-vous à votre tableau de garantie (consultations spécialistes/consultations psychologues).
Avantages
– 25 à 45% de réussite (selon la volonté de la personne, le thérapeute et la qualité du suivi)

– Ces thérapies aident les fumeurs à modifier leurs comportements face à la cigarette et favorisent le maintien de l’arrêt du tabac par un nouvel apprentissage.

– Les Thérapies Comportementales et Cognitives sont complémentaires aux traitements substitutifs et sont conseillées lors de la préparation, le sevrage et la prévention des rechutes.

Inconvénients
les effets ne sont pas immédiats et la volonté est mise à l’épreuve. De plus, il n’y a aucune prise en charge des effets physiologiques dus au sevrage du tabac.

Hypnose, acupuncture et homéopathie

  • L’hypnose consiste à suggérer des idées pour perdre l’habitude de fumer.
  • L’acupuncture utilise de fines aiguilles pour influer sur les flux d’énergie. Ces « piqûres » diminueraient l’envie de fumer.
  • L’auriculothérapie, technique qui utilise la mise en place d’un fil dans l’oreille, arriverait aux mêmes résultats. L’homéopathie, remboursée par la Sécurité sociale, peut également être prescrite pour soulager l’envie de fumer.

Avantage 
Ces méthodes peuvent être un bon complément à un traitement substitutif à la nicotine même si leur efficacité n’a pas été prouvée.

Inconvénient
Ces  méthodes ne sont pas suffisantes pour les fumeurs très dépendants.

Et la cigarette électronique ?

La cigarette électronique  peut-elle être un substitut de tabac comparable aux autres substituts nicotiniques ? ou même plus efficace que ces derniers ?

Les conseils des tabacologues sont les suivants :- Il n’est pas utile d’arrêter de fumer avant de commencer à vapoter.
– Pendant un mois, il est conseillé d’essayer la e-cigarette, de trouver le modèle et l’arôme qui convient.
– Pour choisir le e-liquide à vapoter, 3 critères sont à prendre en compte : le taux de nicotine, le ratio de  propylène glycol et de glycérine végétale et les arômes. Le e-liquide qui vous convient est celui qui vous donne les meilleures sensations et surtout qui vous évite de ressentir les symptômes de sevrage nicotinique (fort besoin de fumer, irritabilité, anxiété, impatience, prise de poids …).
– Il est recommandé de ne pas utiliser plus de 6 mois les e-cigarettes si l’on souhaite s’arrêter de fumer.Quoiqu’il en soit la cigarette électronique présente beaucoup moins de risques que le tabac.
Retour
Nous contacter
Nous suivre