1. Prévention - Mutuelle Intériale
  2. Tous les Articles
  3. Diabète, symptômes et risques

Diabète, symptômes et risques

Diabète, symptômes et risques

La Journée Mondiale du Diabète, organisée par la Fédération Internationale du Diabète (FID) et soutenue par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), est la plus importante campagne mondiale de sensibilisation au diabète. Elle a été lancée en 1991 comme réponse à l’escalade de l’incidence du diabète dans le monde. Depuis, elle a gagné en popularité et rassemble désormais des millions de personnes dans le monde entier, dont les leaders d’opinion, les professionnels et prestataires de soins de santé, les médias, les personnes atteintes de diabète, et le grand public.

Du 2 au 9 juin 2017, se déroule également la semaine nationale de prévention du diabète. Depuis 6 ans, cette semaine organisée par la Fédération Française des Diabétiques a pour objectifs d’augmenter la connaissance du diabète partout en France, de sensibiliser les personnes à risque de diabète et d’encourager les comportements préventifs de chacun.

Intériale vous propose de suivre gratuitement son programme « Mon diabète » disponible sur la rubrique prévention. Ce programme vous aide à mieux connaitre votre maladie et à mieux la gérer au quotidien.

Qu’est-ce que le diabète ?

Le diabète est une maladie chronique caractérisée par des troubles de l’assimilation, de l’utilisation et du stockage des sucres apportés par l’alimentation. Il se traduit par un taux de sucre dans le sang (glycémie) élevé, appelé “hyperglycémie”.
Les aliments que nous consommons contiennent plusieurs constituants de base : des lipides (matières grasses), des glucides (sucres) et des protéines. Ils fournissent au corps de l’énergie pour bien fonctionner et rester en forme.

Qu’est-ce que la glycémie ?

Une glycémie normale est comprise, à jeun, entre 0.74 et 1.06 g / L de sang.
Chez une personne diabétique, de type 1 ou 2, la glycémie est supérieure à 1.26 g / L à jeun ou >2 g /L à n’importe quel moment de la journée.

Après chaque repas, la glycémie augmente et les sucres présents sont stockés sous forme de glucose. Le pancréas détecte l’augmentation de la glycémie et sécrète l’insuline, une hormone permettant à la glycémie de retrouver une valeur normale en faisant rentrer le glucose dans les cellules de l’organisme (le glucose quitte donc la circulation sanguine). Chez les personnes diabétiques, ce système fonctionne mal ou ne fonctionne plus.
Lorsque la glycémie baisse ou lors d’une dépense énergétique, une autre hormone entre en jeu : le glucagon. Il permet de libérer le glucose présent dans les cellules pour faire remonter la glycémie.
La glycémie est donc régulée par deux hormones : l’insuline et le glucagon qui lui permettent, en temps normal, un équilibre de la glycémie stable dans le sang.

Quels sont les différents types de diabètes ?

Il existe différents types de diabète :

  • diabète de type 1
  • diabète de type 2 (précédé par une phase de pré-diabète)
  • diabète gestationnel
  • diabètes secondaires, de type 3 ou 1B

Le diabète concerne plus de 3.5 millions de personnes en France : 6 % sont des diabétiques de type 1 et 92 % des diabétiques de type 2.

Le diabète de type 1 (ou diabète insulino-dépendant)

Il a une origine génétique. La seule prévention qui pourrait exister est d’empêcher la destruction des cellules responsables de la production d’insuline. Mais à ce jour, il n’existe pas de méthode efficace et sécuritaire pour prévenir le diabète de type 1.
Si dans une famille, un ou plusieurs cas de diabète sont présents, des tests de dépistage peuvent être pratiqués : recherche d’anticorps spécifiques. Mais la présence des anticorps n’induit pas systématiquement l’apparition d’un diabète dans les années qui suivent.

Le diabète de type 1 est une maladie fréquente qui touche environ 200 000 personnes en France, de préférence les enfants et adolescents mais qui peut survenir à tout âge de la vie. Il représente 6 % des cas de diabète traités. Il est lié à un déficit de production d’insuline par le pancréas.

Le traitement consiste en une bonne hygiène de vie (alimentation équilibrée et activité physique régulière) et un traitement médicamenteux : des injections d’insuline au cours de la journée pour obtenir une glycémie adaptée aux besoins de l’organisme et éviter les pics de glycémie.

Le diabète de type 2 (ou diabète non-insulinodépendant)

C’est une maladie qui se manifeste en général après 40 ans et est généralement diagnostiquée vers l’âge de 65 ans. L’incidence de la maladie est maximale entre 75 et 79 ans : 20 % des hommes et 14 % des femmes de cette tranche d’âge sont traités pour un diabète de type 2. Dans des plus rares cas, le diabète de type 2 peut concerner les enfants et adolescents.

Le diabète se développe en silence pendant 10 à 20 ans : il n’y a aucun symptôme et la maladie est généralement découverte lors d’une prise de sang ou lorsque des complications apparaissent : maladies des artères et du cœur (athérosclérose, infarctus du myocarde, accident vasculaire-cérébral, artérite des membres inférieurs), des reins, des nerfs périphériques et de la rétine.

Le nombre de cas de diabète de type 2 augmente avec l’âge du fait de l’usure des cellules et des organes. D’autres facteurs rentrent en compte : sédentarité, alimentation déséquilibrée, hypercholestérolémie, obésité ou surpoids.

Le traitement repose sur un changement des habitudes : une perte de poids si nécessaire, une activité physique régulière et une alimentation équilibrée. Ces deux derniers facteurs peuvent être suffisants pour contrôler la glycémie.
S’ils ne s’avèrent pas assez efficaces (il est difficile de changer les habitudes de vie), des antidiabétiques oraux peuvent être prescrits.
Et dans les cas les plus graves, le pancréas n’est plus efficace, et le traitement par injections d’insuline est inévitable.

Le diabète gestationnel

C’est un état d’intolérance au glucose (sucre) qui apparaît au cours de la grossesse d’une femme, sans qu’elle ne soit connue diabétique avant sa grossesse. Ce type de diabète peut exposer la femme et son bébé à des complications sévères (prématurité, bébé de poids supérieur à la normale, risque accru d’infection et d’hypertension artérielle). Le diabète gestationnel est le plus souvent révélé entre la 24e et la 28e semaine d’aménorrhée.
Ce type de diabète touche 1 à 4 % des grossesses. Dans la plupart des cas, il est silencieux et est découvert au cours d’une prise de sang ou lorsque certains symptômes apparaissent : soif intense, envies d’uriner fréquentes et abondantes, fatigue importante.
Le risque de diabète gestationnel augmente avec l’âge de la mère. Ce diabète disparaît après la naissance de l’enfant. Toutefois la mère est plus facilement susceptible de développer un diabète de type 2.

Une alimentation équilibrée et la pratique d’activité physique (sauf contre-indication médicale) permettent généralement d’améliorer l’état de santé d’une femme en diabète gestationnel.

Le diabète et son suivi

Être diabétique nécessite un suivi tous les trois mois chez le médecin ou diabétologue pour faire le point sur son état de santé (tension artérielle, poids) et son traitement. Une fois par an, d’autres examens sont recommandés pour vérifier le bon fonctionnement de ses reins, de ses yeux, de ses pieds, des nerfs et éviter les infections.

Vous êtes diabétique, quelle précaution prendre ?

Manger de façon régulière et équilibrée

Il est nécessaire de prendre trois repas réguliers par jour, de réduire fortement les graisses et les produits sucrés, mais de conserver les sucres lents (pâtes, riz, pain, légumes…).Pensez à faire la part belle aux légumes et aux fruits et vous hydrater régulièrement.
Pour gérer son alimentation, il est bon de connaître les facteurs alimentaires qui agissent sur les variations de la glycémie, parlez-en à une diététicienne.

Bouger

L’activité physique fait partie intégrante du traitement. Pour débuter, le plus simple consiste à marcher plus souvent. Si vous voulez pratiquer un sport, parlez-en à votre médecin.

Arrêter de fumer

Le tabac augmente considérablement le risque de complications vasculaires du diabète.

Prendre des médicaments

Quand c’est nécessaire, le médecine prescrit des comprimés et/ou de l’insuline (stylo injecteur ou pompe)

Pied

A long terme, un diabète mal contrôlé peut entraîner une perte de sensibilité du pied au toucher, à la douleur, à la chaleur et au froid.
En l’absence de sensibilité, la personne peut se blesser au pied sans s’en rendre compte et la lésion s’infecter.

Vue

Le diabète peut être responsable de plusieurs problèmes visuels : la rétinopathie, le glaucome, les cataractes, et la rubéose. Faites contrôler votre vue régulièrement.

La prise en charge du diabète

Une fois le diabète déclaré et considéré en Affection Longue Durée (ALD), les soins et les examens relatifs à la maladie sont remboursés à 100 % par l’Assurance Maladie sur la base des tarifs de remboursement de l’Assurance Maladie. Toutefois certains dispositifs de soins ne sont pas pris en charge notamment les consultations diététiques, le recours aux psychologues (troubles du comportement alimentaire) mais aussi les dépassements d’honoraires des médecins.

 

Les plus d’Intériale
Pour améliorer votre connaissance des règles hygiéno-diététiques, vous disposez :
  • du programme de prévention santé « Mon diabète et moi » :
    Ce programme gratuit est destiné aux personnes nouvellement diagnostiquées diabétiques de type 2. Il a pour objectif de vous aider à mieux connaître votre maladie et à mieux la gérer au quotidien.
    Pendant 40 jours, vous recevrez par mail des informations, des conseils, des actualités santé, des recettes, des quiz de connaissances et des vidéos d’exercices physiques.
    Pour vous inscrire : https://www.interiale.fr/prevention/programme/mon-diabete-et-moi
  • de garanties :
    Votre garantie Intériale peut prévoir :
    Un forfait bilan nutrition de 20€ à 70€ selon votre niveau de couverture et des tarifs négociés auprès des 350 diététiciennes partenaires.
    Une prise en charge des consultations psychologues (jusqu’à 160€ par an)
En cas de complications (diabète insulino-instable), vous bénéficiez d’un accompagnement spécifique avec votre contrat santé :
  • jusqu’à 5 entretiens téléphoniques avec un psychologue (+ 3 entretiens en face à face si nécessaire)
  • et d’un service d’accompagnement social.

Pour accéder à l’ensemble des services, consultez votre espace Adhérent Intériale sous la rubrique Ma Santé/ Mes applications prévention.

Source : Association Française des Diabétiques (AFD)

Retour
Nous contacter
Nous suivre