1. Prévention - Mutuelle Intériale
  2. Tous les Articles
  3. La Pneumonie

La Pneumonie

La Pneumonie
Le 12 novembre 2016 c’est la journée mondiale de la pneumonie, maladie qui touche les poumons. Les personnes les plus vulnérables sont les personnes âgées et les jeunes enfants.
L’objectif de cette journée est de sensibiliser le public sur les conséquences de la pneumonie notamment dans les pays en voie de développement.

Qu’est-ce que la pneumonie ?

C’est une infection des voies respiratoires plus ou moins grave selon l’étendue et l’existence d’une fragilité sous-jacente. Il existe plusieurs types de pneumonies qui sont toutes des infections des poumons ; on l’appelle aussi pneumopathie infectieuse, dues à des virus, des bactéries ou des champignons.

Les chiffres de la pneumonie

La pneumonie est responsable d’environ 10 000 décès en France chaque année.
La plupart de ces décès concernent des sujets âgés de plus de 65 ans.
Au niveau mondial, la pneumonie est l’infection qui tue le plus d’enfants de moins de 5 ans.
En 2015, 900 000 enfants sont décédés d’une pneumonie.
Le pneumocoque est la bactérie la plus souvent responsable de la pneumonie.

Quels sont les symptômes de la pneumonie ?

Les symptômes les plus fréquents d’une pneumonie bactérienne sont :

  • une fièvre brutale et souvent élevée (>39°C),
  • des frissons parfois importants, en rapport avec le passage du germe dans le sang
  • une toux, sèche au début, mais pouvant devenir grasse après quelques jours,
  • un essoufflement parfois important, une respiration accélérée ( >20/min chez l’adulte)
  • des douleurs thoraciques lors de la toux,
  • parfois, une détresse respiratoire pouvant être vitale et justifiant une prise en charge en urgence.

Certains symptômes de la pneumonie virale sont similaires à ceux d’une grippe :

  • de la fièvre, parfois élevée > 39°
  • des courbatures non liées à un effort,
  • une fatigue importante, appelée asthénie,
  • une toux, avec ou sans expectoration,
  • et une gêne respiratoire plus ou moins importante selon la gravité.

Facteurs aggravants

  • vivre dans un logement ou espace insalubre,
  • la pollution de l’air,
  • un affaiblissement les défenses immunitaires (infection de type grippe, VIH, dénutrition…) une exposition à des substances chimiques toxiques ou poussières dans le cadre de son travail,
  • la consommation de drogues,
  • le tabagisme,
  • l’abus d’alcool,
  • certains médicaments : corticoïdes, immunosuppresseurs, chimiothérapie…

Les traitements de la pneumonie

Si la pneumonie est d’origine bactérienne, des antibiotiques sont prescrits pour la traiter.
Le plus souvent le médecin prescrit un antibiotique de type amoxicilline, pristinamycine ou télithromycine dans un premier temps, conformément aux recommandations. Et si les symptômes ne s’améliorent pas après plusieurs jours, le médecin peut procéder à un changement de dose ou de classe d’antibiotique.
En cas d’infection virale : il n’y a pas de traitement particulier. Les antibiotiques n’agissent pas sur les infections virales mais sur les complications bactériennes de celles-ci.
Un médicament contre la fièvre type paracétamol est généralement prescrit en cas de fièvre ; les anti-inflammatoires sont déconseillés.
Quel que soit le traitement médicamenteux, il est important de respecter les doses et durées de traitement prescrites. Car « Les antibiotiques, si on les utilise à tort, ils deviendront moins forts ».  Un arrêt de traitement trop précoce peut entraîner une rechute. (Lire « la résistance bactérienne aux antibiotiques ».)
Une pneumonie non prise en charge ou non traitée peut être très dangereuse (septicémie, choc pouvant entraîner le décès) surtout chez les personnes vulnérables telles que les enfants, les femmes enceintes, les personnes âgées, voire les personnes sous traitements fragilisant l’immunité ou celles atteintes d’une maladie fragilisante (mucoviscidose, drépanocytose…).

Prévention

 

La prévention de la pneumonie passe par la vaccination contre les principales sources d’infections : les pneumocoques et Haemophilus influenzae type b.
Ces vaccinations sont recommandées chez les enfants de moins de 2 ans.
La vaccination antigrippale est conseillée pour les personnes de plus de 65 ans et pour les personnes porteuses de certaines pathologies respiratoires chroniques ; il en de même pour la vaccination contre le pneumocoque PNEUMO23.
Pour éviter la propagation des germes, il convient de respecter certaines règles :

  • Se laver les mains, à l’eau et au savon, de façon régulière
  • si l’on est en contact avec une personne malade, se laver les mains avant et après chaque contact
  • si vous êtes malade, lorsque vous éternuez, couvrez votre bouche et votre nez avec un mouchoir jetable, à défaut avec votre manche au niveau du coude.
  • Préférez les mouchoirs jetables et jetez-les dans une poubelle fermée avec un couvercle.
  • Le port de masques préventifs pour les malades contagieux est préconisé dans certains cas.
  • Éviter le contact du malade avec des personnes fragiles est recommandé, notamment pour les nourrissons de moins de 3 mois.

Sources : worldpneumoniaday.org (journée mondiale de la pneumonie) – OMS – AMELI.FR

Retour