1. Prévention - Mutuelle Intériale
  2. Tous les Articles
  3. Nutrition des enfants : l’alimentation de 0 à 3 ans

Nutrition des enfants : l’alimentation de 0 à 3 ans

Nutrition des enfants : l’alimentation de 0 à 3 ans

Bien nourrir son enfant : à chaque stade de son développement correspond une alimentation : un enfant en bas âge n’aura pas les mêmes besoins qu’un ado en pleine croissance. Des repas équilibrés sont la clé d’un enfant en bonne santé, tout au long de sa croissance.

De la naissance à 6 mois : du lait uniquement

Le lait est essentiel au développement du nouveau-né, et jusqu’à l’âge de 6 mois c’est l’unique composant de son alimentation. Le lait maternel est particulièrement adapté à l’alimentation du bébé pendant ses premiers mois de vie car sa composition évolue avec les besoins nutritionnels du bébé. Le lait infantile en poudre ou liquide prêt à l’emploi est une bonne alternative au lait maternel pour les mamans ne pouvant ou ne souhaitant pas allaiter.

Le lait maternel pour le nouveau-né:

  • permet de couvrir les besoins nutritionnels ;
  • réduit les risques d’infections, entre autre les infections digestives;
  • limite le risque d’allergies ;
  • réduit le risque de diabète ou d’obésité ;

L’allaitement côté maman :

  • favorise la réduction du volume de l’utérus après l’accouchement ;
  • aurait un effet protecteur contre certains cancers notamment ceux du sein et des ovaires ;
  • permet de nourrir son enfant sans préparation spécifique : gain de temps
  • facilite la perte de poids après la grossesse ;
  • est économique ;

Combien de temps allaiter ?

Il est recommandé d’allaiter au moins pendant les 4 premiers mois, voire même jusqu’au 6ème mois. Si vous ne pouvez pas ou ne souhaitez pas allaiter durant tout ce temps, il est possible d’utiliser un lait infantile.

Arrêter l’allaitement doit se faire progressivement : réduisez peu à peu le nombre de tétées au profit de biberons de lait infantile.

Médicaments, maladies et allaitement :

Certaines maladies peuvent se transmettre par le lait maternel, l’allaitement est dans ces cas contre-indiqué.

La prise de médicaments est également contre-indiquée lors de l’allaitement, demandez conseil à votre médecin.
L’allaitement est également incompatible avec la consommation d’alcool et de tabac.

Et si je ne peux pas ou ne veux pas allaiter ?

Les laits infantiles sont des préparations conçues pour répondre aux besoins de l’enfant. Il en existe différents types adaptés à l’âge de l’enfant : 1er âge (de 0 à 6 mois), 2e âge (de 6 mois à 1 an), 3e âge (de 1 à 3 ans). Pour choisir le bon lait infantile, parlez-en à votre médecin ou votre pharmacien.. Si vous optez pour du lait en poudre, choisissez une eau faiblement minéralisée pour le diluer. N’hésitez pas à regarder l’étiquette, elle contient généralement un petit logo avec un bébé et un biberon qui vous indique que cette eau peut être consommée par les plus jeunes : ce logo varie selon les marques, il peut être également inscrit la mention «Convient pour la préparation des aliments des nourrissons ».

De l’eau en cas de forte chaleur

S’il fait très chaud, vous pouvez donner des biberons d’eau à votre enfant afin de l’hydrater et le rafraîchir. Préférez de l’eau à température ambiante ou légèrement fraîche (ne sortant pas du réfrigérateur). Attention ne donnez pas des biberons d’eaux sucrées ou aromatisées qui peuvent provoquer des caries et qui pourraient habituer très tôt votre enfant à la consommation de boissons sucrées au détriment de l’eau « pure ».

Attentions aux laits animaux :

Il n’est pas conseillé d’avoir recours aux laits animaux (vache, chèvre, brebis…) ou végétaux (soja, riz, noisette…) pour l’alimentation du nouveau-né : l’appareil digestif de votre enfant n’est pas adapté à la consommation de ces types de laits et également leur composition n’est pas assez riche pour répondre à tous les besoins nutritionnels des enfants en pleine croissance.

De 6 mois à 3 ans

illustration-enfant-alimentation

Si, dans les premiers mois, l’alimentation de l’enfant est exclusivement composée de lait, à partir du 6ème mois, il est conseillé d’intégrer progressivement d’autres aliments : c’est la phase de diversification. Durant cette phase, l’enfant découvre de nouveaux goûts, de nouvelles textures et se familiarise avec la cuillère !

Au début (6-8 mois)

Il est possible de commencer à introduire des légumes dans l’alimentation de l’enfant, que ce soit en remplaçant l’eau du biberon par de l’eau de cuisson des légumes sans y ajouter de sel (ex : 210g de bouillon de légumes + du lait en poudre). Ensuite, vous pouvez ajouter peu à peu des légumes mixés en soupe épaisse mélangés avec du lait. Les légumes doivent toujours être cuits (à la vapeur ou à l’eau) et mixés.

Pour le choix des légumes, préférez les plus digestes : haricots verts, épinards, courgettes sans pépin ni peau, blanc de poireaux, carottes…
Les fruits peuvent être introduits un peu plus tard mais ceux-ci doivent toujours être bien cuits. Privilégiez la poire, la pomme, la pêche, la banane ou l’abricot. Préparez-les en compotes, sans ajout de sucre.
La viande et le poisson peuvent être introduits dès le 6ème mois. Vous pouvez ajouter des petites quantités de viande ou de poisson mixées aux purées de légumes par exemple.
A partir du 7ème mois, vous pouvez ajouter ¼ d’œuf dur à votre préparation.
Évitez les charcuteries, les abats et les poissons panés.
L’introduction de féculents, comme la pomme de terre, est possible également, en purée. Elle donnera une texture épaisse à vos plats. Cuite à la vapeur, vous pouvez la mélanger avec des légumes, le tout en purée.
Il est possible d’ajouter une petite quantité de matière grasse à vos préparations, le développement de l’enfant nécessitant des lipides : une noisette de beurre ou une cuillère à café d’huile dans vos préparations.

De 9 à 12 mois

Vous pouvez introduire des laitages « spécial bébé », enrichis en fer, vitamines et autres éléments essentiels pour l’enfant. Cependant, ces laitages sont souvent très sucrés. Ils peuvent être remplacés par des yaourts nature au lait entier. N’hésitez pas à demander conseil à votre médecin généraliste ou pédiatre..
Vous pouvez également continuer à donner des fruits et légumes, sous forme de compote, purée ou de petits morceaux lorsque l’enfant commence à avoir ses premières dents. Il est également possible d’introduire des petits pâtes ou vermicelles par exemple.
Limitez les produits sucrés tels que les bonbons, le chocolat et les sodas.

Le saviez-vous ? Le miel, à exclure de l’alimentation du nourrisson
De nombreuses vertus (médicinales et gustatives) sont attribuées au miel. Pourtant, le miel est à éviter chez le bébé de moins d’un an: il peut contenir des bactéries (Clostridium botulinum) responsables du botulisme, une maladie qui affecte le système nerveux de l’enfant. Les symptômes peuvent être : une constipation, une faiblesse générale, un faible réflexe de succion, une irritabilité, un manque d’expression du visage, un contrôle des mouvements de la tête altéré ou encore une paralysie du diaphragme. Une hospitalisation est nécessaire dans la plupart des cas de botulisme chez l’enfant.
(Lire plus d’informations)

Après 1 an

L’enfant a une alimentation relativement variée. A partir de cet âge, il commence à exprimer ses goûts en matière d’alimentation. C’est un moment clé pour la mise en place de bonnes habitudes alimentaires.
Si le lait reste toujours présent dans son alimentation, vous devez lui proposer de l’eau de façon régulière car ses besoins en eau demeurent importants et les apports en eau eux diminuent. Eau de source, eau minérale (faiblement minéralisée) sont recommandées pour l’hydratation de l’enfant.
Évitez de lui donner des boissons sucrées (sodas, jus de fruits ou sirops), qui pourraient l’habituer à la consommation de boissons sucrées.
Vous pouvez continuer à introduire des fruits et légumes cuits. Et même commencer à introduire des crudités et fruits crus. Il est également possible d’introduire des légumes secs, sous forme de purée (lentilles, haricots blancs, pois cassés…) à partir du 15ème mois.

Veillez à limiter le sucre, le chocolat et le sel.

Après 2 ans

C’est le moment le plus difficile : l’enfant peut commencer à refuser de goûter de nouvelles saveurs, c’est pourquoi il est important d’avoir diversifié au maximum son l’alimentation avant cette période. De plus, un refus ne signifie pas que l’enfant ne mangera jamais de cet aliment, reproposez le lui, de façon régulière (une fois par mois), en variant la préparation, mais ne le forcez pas à manger. Les goûts n’étant pas figés, un aliment non apprécié lors de l’enfance, peut être adoré lorsque l’enfant grandit.
Lorsque votre enfant commence à apprendre à se mouvoir seul, laissez le toucher la nourriture et découvrir les textures. Laissez le jouer avec la nourriture, la cuillère pour que manger soit un plaisir.

Retour
Nous contacter
Nous suivre