1. Prévention - Mutuelle Intériale
  2. Tous les Articles
  3. La consommation de drogues chez les jeunes et les consultations jeunes consommateurs (CJC)

La consommation de drogues chez les jeunes et les consultations jeunes consommateurs (CJC)

La consommation de drogues chez les jeunes et les consultations jeunes consommateurs (CJC)

La période de l’adolescence est souvent caractérisée par la recherche d’identité, un besoin de s’affirmer et une tendance à braver les interdits. C’est pourquoi cette période charnière dans le développement personnel, associée à un effet de groupe, peut être propice à l’expérimentation et la consommation de substances licites (alcool, tabac) ou illicites (drogues).

Parmi les jeunes de 17 ans :
42 % ont déjà expérimenté le cannabis
42 % ont fumé du tabac au cours du mois passé
53 % ont bu au moins 5 verres durant une même occasion au cours du mois passé

Or, plus la consommation d’alcool, de tabac ou de drogue est précoce, plus les risques de dépendance et les dommages sont importants.
Bien que l’addiction puisse être traitée, les séquelles occasionnées par la consommation de drogues sont irréversibles.
Au-delà de la stricte interdiction, un dialogue est à établir avec les jeunes, afin de les sensibiliser sur les dégâts des drogues, ainsi que les possibles addictions.

Que sont les consultations jeunes consomateurs (CJC) ?

Les CJC sont des lieux d’écoute, d’accueil et d’information pour les jeunes de 15 à 25 ans souffrant d’addictions (tabac, cannabis, alcool, autres drogues, jeux vidéos, internet) et leurs familles.
Créées en 2004, ces structures pluridisciplinaires proposent des consultations individuelles, gratuites et anonymes. Elles sont animées par des professionnels de l’addiction (médecins, psychologues, éducateurs, travailleurs sociaux) chez les adolescents et sont généralement rattachées à des structures médico-sociales comme les Centres de Soins, d’Accompagnement et de Prévention en Addictologie (CSAPA).

A qui s’adressent les consultations jeunes consommateurs ?

A destination des jeunes de 15 à 25 ans et de leur famille, les CJC peuvent aussi accueillir des personnes plus âgées suivant leur situation (addictions, précarité…). Les jeunes peuvent être reçus seuls ou en présence de leur famille. Les parents d’adolescents souffrant d’addiction peuvent recevoir des informations sur les conduites addictives et des conseils pour renouer le dialogue avec leur enfant.

Comment ça marche ?

1- Il vous suffit de prendre rendez-vous dans la CJC la plus proche de chez vous, des informations sur la localisation des CJC sont disponibles sur le site DrogueInfoService. Vous pouvez également appeler Drogue Info Service au 0800 23 13 13 (appel gratuit depuis un poste fixe) ou au 01 70 23 13 13 (prix d’une communication locale). Il existe des CJC dans presque tous les départements de la métropole.
2- Le 1er rendez-vous permet de faire une évaluation de votre situation ou de celle de votre enfant, ainsi qu’un bilan de consommation.
Une prise en charge adaptée vous sera proposée (vers un arrêt ou une réduction de la consommation addictive).

Qu’en est-il de la loi ?

Rappels des lois sur la consommation et la détention de substances illicites :

  • « L’usage illicite de l’une des substances ou plantes classées comme stupéfiants est passable d’un an d’emprisonnement et de 3 750 euros d’amende »
  • Une obligation de suivre un stage de sensibilisation, une obligation de traitement de l’addiction, des travaux d’intérêts généraux, peuvent être également demandés par le procureur.
  • La conduite d’un véhicule en ayant fait usage de stupéfiants est un délit passible de 2 ans de prison et de 4 500 € d’amende. Il s’accompagne d’une perte automatique de 6 points du permis de conduire. Et peut être accompagné par d’autres mesures telles que la suspension ou l’annulation du permis, l’obligation de réaliser des travaux d’intérêts généraux, l’obligation de suivre un stage de sensibilisation…
Le saviez-vous ?
Une consommation de cannabis régulière (plusieurs fois par semaine) peut être détectée pendant 30 à 70 jours dans les urines, même après un arrêt…

Sources : Enquête de l’Observatoire Français Des drogues et de la Toxicomanie (OFDT) « Escapage » 2011, Drogue info service

Retour
Nous contacter
Nous suivre