1. Prévention - Mutuelle Intériale
  2. Tous les Articles
  3. Alcool, suis-je dépendant ?

Alcool, suis-je dépendant ?

Alcool, suis-je dépendant ?
Plus d’hommes se sont noyés dans l’alcool que dans la mer (W.C Fields), l’addiction à l’alcool ou alcoolisme est un réel problème de société et de santé.

Les signes de l’addiction à l’alcool

On parle d’addiction à l’alcool lorsque la consommation d’un verre d’alcool devient un « besoin » et que le sevrage, c’est-à-dire la diminution ou l’arrêt de la consommation entraîne une réaction de manque caractérisée par des suées, des tremblements, des vertiges ou encore une irritabilité ou agressivité.

L’addiction à l’alcool s’installe lentement et silencieusement. Au début, la consommation est généralement associée au plaisir, elle peut se répéter de plus en plus régulièrement dérivant vers un comportement addictif.

Faites le point sur votre consommation d’alcool

Voici 2 tests vous permettant de faire le point sur votre consommation d’alcool :
Test DETA : pour évaluer votre niveau de dépendance
Test AUDIT : pour évaluer votre rapport à l’alcool

Vous avez une consommation d’alcool problématique, qui peut vous aider ?

Vous souhaitez être aidé dans une démarche de sevrage alcoolique ? Des professionnels et associations peuvent vous aider :

  • Votre médecin traitant : il peut vous aider à faire le point, vous orienter vers un médecin spécialiste de l’alcool et éventuellement vous prescrire un traitement.
  • Les centres de soins, d’accompagnement et de prévention en addictologie (CSAPA) : vous pouvez y faire le point avec un professionnel sur les difficultés rencontrées et vous faire accompagner durant l’arrêt ou la période de modération.
  • L’aide à distance d’Alcool Info Service : ce service vous propose un suivi à distance par Internet sur son site alcool-info-service.fr ou par téléphone au 0 980 980 930, de 8 h à 2h, 7 jour sur 7, appel non surtaxé.
  • Les espaces de paroles avec d’anciennes personnes dépendantes à l’alcool : pour obtenir du soutien et des conseils provenant de personnes ayant connu ou connaissant les mêmes difficultés.
  • Des associations comme l’Association nationale de prévention en alcoologie et addictologie (ANPAA) : pour des conseils et informations sur l’addiction à l’alcool.

Si l’addiction à l’alcool touche l’un de vos proches, vous pouvez tout à fait vous orienter vers ces professionnels ou structures pour obtenir de l’aide.

Les effets de l’alcool sur l’organisme

L’alcool n’est pas digéré de la même manière que les aliments. Après consommation, il est absorbé (sans avoir été dégradé par l’estomac) dans l’intestin grêle et passe dans le sang. Il atteint donc rapidement le cerveau et les différents organes du corps.
L’alcool est éliminé du corps à 95 % par le foie, les 5 % restant étant éliminés par les urines, la respiration et la sueur.

L’alcool agit sur le cerveau : c’est un produit dit psychoactif. Plus la quantité d’alcool ingérée est importante, plus les effets sur le cerveau sont nombreux voire graves.
– A faible dose : l’alcool provoque une sensation de détente, d’euphorie, il désinhibe, libère la parole… Les réflexes diminuent.
– A plus forte dose : l’alcool entraîne des troubles de la coordination des mouvements, de la parole, une diminution de la vigilance, des réflexes, un état de somnolence… c’est l’ivresse. Dans les cas les plus graves, l’alcool peut conduire au coma éthylique nécessitant des soins médicaux d’urgence.

A long terme, une consommation excessive d’alcool peut augmenter le risque de nombreuses maladies : cancers du foie, de la bouche, de la gorge, de l’œsophage, maladies cardiovasculaires, cirrhose du foie, troubles du sommeil, anxiété, dépression…

Un verre de bière = un verre de vin ?

Contrairement aux idées reçues, un verre de bière ne contient pas moins d’alcool qu’un verre de vin ou de tout autre alcool. Dans les bars ou restaurants, 1 verre d’alcool contient toujours 10 g d’alcool, que ce soit un alcool fort (whisky, vodka…), un verre de vin ou une bière.
A la maison, les quantités ne sont pas toujours maîtrisées, il se peut donc que le verre contienne plus de 10 g d’alcool.

La différence entre les degrés (°) et les pourcentages (%)

La teneur en alcool d’une boisson peut être exprimée en pourcentage ou en degré selon les fabricants, mais cela signifie exactement la même chose. Il s’agit de la quantité d’alcool pur contenue dans 100 ml de boisson.
Ainsi, l’étiquette d’une boisson contenant 20 ml d’alcool pur pour 100 ml peut comporter soit « 20 % » soit « 20° ».
A savoir, que plus le pourcentage ou le nombre de degrés est important, plus la teneur en alcool est importante pour 100 ml.

Combien de verres d’alcool maximum par jour ?

A ce jour, les recommandations de consommation d’alcool sont pour les consommateurs réguliers :
– Pas plus de 2 unités d’alcool (c’est-à-dire l’équivalent de 2 verres servis dans un bar ou restaurant) par jour pour une femme, soit 14 verres maximum par semaine ;
– Pas plus de 3 unités d’alcool par jour pour un homme, soit 21 verres maximum par semaine.
Pour les consommations occasionnelles, la recommandation est de ne pas dépasser 4 unités d’alcool au cours d’une occasion.

Récemment, l’INCa (Institut national du cancer) et Santé publique France ont proposé, suite à une étude, de modifier les recommandations en termes de consommation d’alcool : ne pas consommer plus de 10 verres d’alcool standard par semaine, pas plus de 2 verres par jour pour les hommes et les femmes et 2 jours par semaine sans boire d’alcool.
Ces repères seront sans doute intégrés au nouveau Programme national nutrition santé (PNNS 4 : 2017-2021).

Retour