Le Grimp : les sapeurs-pompiers de l'extrême

interview

Interview du lieutenant de 1ère classe Frédéric Tisserant, sapeur-pompier dirigeant du GRIMP.

Frédéric Tisserant, vous êtes sapeur-pompier et vous dirigez le GRIMP pour le département des Vosges.

 

Intériale :

Qu'est-ce que le GRIMP et comment travaillez-vous ?

Monsieur TISSERANT :

Le Grimp est le Groupe de Reconnaissance et d'Intervention en Milieu Périlleux, c'est une spécialité au sein des sapeurs-pompiers. Notre mission consiste à sauver des hommes, des animaux ou du matériel dans des endroits inaccessibles. Au sein du SDIS 88, nous sommes 45 sapeurspompiers GRIMP sur un total de 3200 et nous réalisons environ 50 interventions spécialisées par an. Nos interventions se situent en milieux urbains ou naturels et ce sont toujours des interventions spectaculaires.

Les techniques utilisées par le GRIMP sont rapportées de la spéléologie, elles utilisent toutes des cordes, les plus courantes sont :

  • Les tyroliennes horizontales ou obliques
  • Les poulies de renvoi mobile
  • Le secours en ravin
  • Le secours en paroi
  • Les techniques d'évacuation en façade

 

Intériale :

Comment avez-vous intégré les sapeurs-pompiers puis le GRIMP ?

Monsieur TISSERANT :

Je viens d'une famille de pompiers. C'est donc naturellement que je suis rentré à 16 ans en tant que volontaire chez les sapeurs-pompiers. Puis, à 20 ans, j'ai intégré les sapeurspompiers professionnels.

C'est en réalisant des interventions de sauvetage du feu que j'ai été amené à travailler avec des cordes et j'ai eu envie de devenir spécialiste des cordes. J'ai passé plusieurs niveaux de formation pour devenir membre du GRIMP puis en charge de l'équipe GRIMP pour le 88.

 

Intériale :

Racontez-nous une intervention qui vous a particulièrement marqué ?

Monsieur TISSERANT :

En décembre 2011, un couple est parti faire une promenade en raquettes alors qu’il neigeait abondamment. La randonneuse a décroché sur une pente verglacée et a fait une descente de 150 mètres jusqu’au fond du ravin. Son compagnon a donné l’alerte. Nous sommes arrivés en quad chenille jusqu’à lui et sommes ensuite descendus en cordes pour la secourir. À notre arrivée, elle était inconsciente, en hypothermie et présentait une fracture du fémur. Nous l’avons remontée grâce à des systèmes de cordes sur 500 mètres jusqu’au sommet où elle a été prise en charge par un hélicoptère. C’est une intervention qui a mobilisé 15 sauveteurs mais notre plus belle reconnaissance est de lui avoir sauvé la vie.

 

Intériale :

Quelles sont les qualités et formations requises pour intégrer le GRIMP ?

Monsieur TISSERANT :

Les pompiers GRIMP sont avant tout des pompiers, on exige qu'ils aient une bonne expérience « générale » avant de nous rejoindre. Quand je recrute des équipiers GRIMP, je suis très attentif à différents critères :
- Leur disponibilité (une formation initiale de 120 heures est nécessaire pour intervenir au titre du GRIMP et 40 heures d'entraînement par an sont exigées)
- Leur motivation
- Leur forme et leur force physique

 

Intériale :

Et que faîtes-vous de vos week-ends ?

Monsieur TISSERANT :

Je suis passionné de randonnée et j'aime partir en famille, avec ma compagne Mélanie et Gabriel, mon petit garçon de 3 ans et demi, à la découverte des sentiers des Vosges.

 

Interview recueillie par AG

Interview : Sapeur-pompier sauveteur Article Précédent Interview : Brigadier GIPN Article Suivant