Interview : les TMS chez les sapeurs-pompiers

interview

Interview du Lieutenant B., responsable du service Activités Physiques et Sportives du SDIS de Corse du sud (2A)

 

Intériale :

Quelles sont vos missions au sein du SDIS ?

Lieutenant B. :

Je suis responsable du service Activités Physiques et Sportives du SDIS 2A.
A ce titre, je suis en charge de l'organisation des activités physiques sur le département :

  • gestion de la condition physique des sapeurs-pompiers,
  • coordination de la filière d'encadrement des activités physiques du SDIS,
  • organisation des formations des membres de la filière sportive et des épreuves officielles sapeurs-pompiers.

 

Intériale :

Avez-vous été sensibilisé sur les TMS et quels sont les aménagements qui ont été faits pour prévenir des TMS dans votre service ?

Lieutenant B. :

En tant que conseiller sportif, je suis évidemment sensibilisé par le risque de TMS et notamment dans le constat du nombre d'accidents sportifs.
On s'est aperçu que de nombreux accidents sportifs se produisaient lors de sports collectifs. Nous avons donc réduit la durée des séances de sport collectif à 1 heure maximum (hors échauffements et étirements).
Les accidents sportifs se produisaient majoritairement sur des séances non encadrées. Notre objectif est donc que chaque séance soit encadrée et dirigée par du personnel qualifié afin de les diminuer.

Actuellement, dans le département, tous les centres ne disposent pas d'éducateurs sportifs mais nous avons demandé un agrément afin de former des éducateurs physiques pour encadrer et diriger les séances d'activités physiques.
Pour compléter le dispositif, nous avons, depuis peu, mis en place des acteurs PRAP (Prévention des Risques liés aux Activités Physiques) dont la mission est de délivrer des conseils sur les gestes et postures afin de sensibiliser l'ensemble des agents aux TMS.
Je pense qu'il appartient à chacun de se prendre en charge en fonction de sa condition physique tout en conservant son capital santé afin de garantir un niveau de sécurité opérationnelle. C'est pourquoi nous avons mis en place des indicateurs de condition physique (ICP). Il s'agit de tests de contrôle que les agents doivent réaliser chaque année et qui mesurent leur niveau de condition physique. En fonction du résultat de ces tests, des programmes adaptés et personnalisés sont mis en place. Il en est de même pour les agents accidentés.

Au niveau opérationnel, nous n'avons pas fait d'aménagement pour le personnel plus fragile mais nous y travaillons. Malgré tout, les équipes s'organisent naturellement : les anciennes générations sont positionnées chefs d'agrès et les jeunes générations, équipiers ou chefs d'équipe lors des opérations terrain. Nous avons déjà constaté des résultats encourageants depuis la mise en place de ces politiques !

 

Intériale :

Avez-vous des conseils en matière de prévention des TMS ?

Lieutenant B. :

Il est nécessaire d'élever les agents de la filière sportive au rang d'acteurs de prévention des TMS. Il est donc indispensable de construire et d'adapter les séances d'entraînement physique pour minimiser ces TMS.
Ces séances doivent respecter les profils et capacités individuels (âge, emploi, antécédents….) de chaque sapeur-pompier. Il est important de commencer tout entraînement par un échauffement complet.
Il sera suivi par des étirements afin de préparer le muscle à l'effort et aux différentes phases d'allongement. Si ces échauffements sont mal réalisés ou tout simplement écartés, ils peuvent générer des TMS.
La séance de renforcement musculaire va permettre de renforcer et maintenir la force musculaire, d'améliorer la vitesse d'exécution du geste, de prévenir les blessures liées au métier et de prévenir des TMS. Elle devra être pratiquée régulièrement et être progressive.
Bien que certaines mauvaises pratiques (intensité, contact, gestes répétés et rapides ….) liées à l'activité sportive sont souvent à l'origine de TMS, des moyens de prévention et de bonne pratique commencent à être mis en œuvre afin de limiter ces pathologies qui touchent régulièrement nos sapeurs-pompiers.

Interview : les TMS chez les policiers Article Précédent Interview : les TMS - Agent territorial Article Suivant