Dry January : retour sur 31 jours sans alcool

Laisser tomber la bouteille durant quatre semaines, ce n’est pas la mer à boire... À l’initiative de nombreuses associations, Dry January a débarqué, pour la première année en France, en janvier dernier. L’heure du bilan a sonné !

La consommation d’alcool est à l’origine de maladies (cancers, maladies vasculaires, etc.) et de 41 000 décès par an en France. Après le tabac, c’est la deuxième cause de mortalité évitable. Un mois de sobriété, à l’occasion du Dry January et après le cortège d’excès des fêtes de fin d’année, apporte de multiples bienfaits : une amélioration de la qualité du sommeil, un gain d’énergie, une meilleure concentration, une perte de poids et une amélioration de la peau, liée à une meilleure hydratation.
Née en Angleterre en 2013 et adoptée depuis par une dizaine de pays, cette opération s’inscrit dans la volonté de développer une réflexion sur l’importance prise par l’alcool sur le plan individuel et social. Elle peut contribuer à identifier les ressorts de cette consommation, souvent inscrits dans des habitudes et des routines non questionnées, et alimenter la réflexion auprès de l’ensemble de la population.

Une belle mobilisation

Pour la première fois, INTÉRIALE et son partenaire La Mutuelle Des Étudiants (LMDE) se sont rassemblés en janvier dernier autour d’une campagne commune : « #jouezlasoft, relevez le défi ! ». Des recettes, des jeux, des quizz et plusieurs autres animations ont été diffusés pendant tout le mois sur les réseaux sociaux d’INTÉRIALE et de LMDE, pour le plus grand plaisir des internautes avides de soutien et de conseils. Ces actions, qui ont remporté un vif succès auprès des participants, ont été déclinées sur les lieux de travail et d’étude au cours de permanences et d’actions de prévention.
L’enjeu de cette campagne incitative était de sensibiliser (et non pas interdire) les populations protégées par INTÉRIALE et LMDE et leur permettre de réinitialiser leur relation avec l’alcool. À l’année prochaine !

 

Ce fut l’occasion d’inventer des recettes de cocktails sans alcool et de retrouver le goût des smoothies maison